BIENFAITS des PLANTES MEDICINALES

LOTIER CORNICULE

samedi 26 août 2017 par Dr Dom COQUERET

LOTIER CORNICULE

Lotus corniculatus L.

un tapis de Lotier corniculé
dans une friche,
« Dessus de Bon-boire »
VAUX, 89 Yonne

 Noms vernaculaires : 

Cornette, Trèfle cornu, pied-de-poule

 BOTANIQUE

Famille des Fabaceae (Légumineuses)

plante herbacée vivace, environ 20 cm ; feuilles trifoliées avec 2 stipules ;
fleurs papilionacées jaune d’or légèrement orangées ; les fruits sont des gousses grêles et droites.

Le Lotier corniculé est d’abord une plante fourragère.
C’est également une plante très mellifère.
Comme d’autres légumineuses, cette plante fixe l’azote atmosphérique dans le sol au niveau des nodules sur ses racines.

 HABITAT

Cette légumimeuse naturelllement répandue dans les prairies d’Europe et d’Asie, a été introduite en Amérique du Nord à l’époque de la colonisation, puis exportée en Amérique du Sud, en Australie et en Nouvelle Zélande pour améiorer la qualité des herbages, même sur sols pauvres.

Ce lotier est très répandu dans les prés, et à la lisière des bois. Il est bio-indicateur de prairies naturelles riche en espèces, dont la biodiversité favorise une production laitière de qualité.

 USAGE MEDICINAL :

 1) Historique et usages traditionnels :

Le Lotier cornu était connu comme plante fourragère dans les prairies d’élevage. Il n’avait pas d’usage médical reconnu.

Son emploi comme plante médicinale est récent, et provient d’une observation forfuite d’Henri LECLERC au début du XX° siècle : une de ses patientes ayant récolté par erreur du Lotier corniculé à la place du Mélilot prescrit, trouva une amélioration franche de son insomnie et de ses palpitations en une huitaine de jours. D’autres administrations validèrent cliniquement son intéressante action dans le « nervosisme » et « les troubles nerveux liés à des dystrophies (dysfonctionnement) du vague et du grand sympathique et déterminant de l’angoisse, de la dépression, de l’agitation nocturne et des crises de tachyarythmie ».

P-V FOURNIER, au XX° siècle, en fait, à la suite de LECLERC, un antispasmodique. « On peut y recourir dans tous les cas d’excitation nerveuse, de dépression, d’angoisse, d’agitation nocturne, de palpitations nerveuses, de vertiges... »

Lotiers corniculés
dans le Vau de Villiers
St BRIS LE VINEUX, 89 Yonne

Le Lotier corniculé a été utilisé traditionnellement en onguent par des tribus nomades du plateau iranien pour traiter des pathologies dermatologiques. La plante a donc été testée in vivo chez l’animal sur des plaies. Des extraits à 20% et 40% se sont avérés efficaces pour accélérer la cicatrisation en 14-15 jours. Cette action semble résulter de l’effet des tanins qui réduisent les processus inflammatoires, et activent les fibroblastes (ASADBEGI, 2016).

 2) Composition & Pharmacologie :

Le Lotier corniculé renferme :
- des tanins condensés qui ont fait l’objet d’études sur leur intérêt dans la nutrition animale. Ils améliorent la digestion des acides aminés chez les ovins, la qualité de la laine, et la reproduction des brebis (WAGHORN, 1987) et (RAMIREZ-RESTREPO, 2004).
Chez l’homme, ces tanins ont un effet astringent au niveau intestinal ; ils accélèrent la cicatrisation des plaies.

- des Flavonoïdes : et leurs dérivés glucosidiques dont les 2 principaux aglycones sont le Kaempférol et la Quercétine ; ces dérivés sont :
. des flavanols (flavan-3-OL) : Cathéchine, Epicathéchine, Epigallocathéchine, et Epiafzéléchine (FOO, 1996)
De la Rutine a été aussi trouvée.

. des 5-désoxyflavanols, caractéristiques des fabacées ;
on leur a donné des noms savants :
Isorhamnétine, Fiseline, Géraldol, Sexangularétine, Corniculatusine, Limocitrine, Gossypétine (REYNAUD, 2004).
Parmi eux, Gossypétine et Corniculatusine sont responsables de l’intense coloration jaune-orangée des fleurs.
Tous ces flavonoïdes sont anti-oxydants et protecteur vasculaires (veineux et artériels).
Catéchine, Epicatéchine et Rutine inhibent les Alternaria, qui sont des fungi (champignons) (GIRARDI, 2014).

- de l’Acide benzoïque, une substance aromatique dérivée du benzène, largement utilisé comme conservateur alimentaire

- de l’acide oléanolique, un triterpénoïde ayant de multiples propriétés : anti-oxydante, antivirale, anti-inflammatoire, antitumorale...

- des coumarines, dont l’acide paracoumarique

- de l’Isosalicine, un salycilate (les Salycilates sont secrétés par les plantes comme la REINE des PRES, le BOULEAU, ou la GAULTHERIE pour éloigner les insectes ; en clinique humaine, ils sont antalgiques, anti-inflammatoires, antirhumatismaux)

- des saponines  : Soyasaponine, Déhydrosoyasaponine, Pharbitoside A ; ces 3 saponines ayant une action cytotoxique (ABDERRAHMANE, 2014)

- des phytoalexines, dont la Médicarpine  ; qui sont des antimicrobiens fabriqués et accumulés par la plante lorsqu’elle est agressée par des bactéries.

- et des Glucosides cyanogéniques, en petite quantité, qui peuvent libérer de l’Acide cyanhydrique ou Cyanure d’hydrogène (enore appelé acide prussique). A l’état de traces, cette substance toxique stimule la respiration et la digestion, mais développe rapidement une toxicité respiratoire aigue, pouvant devenir mortelle par anoxie.

- une Lectine tétramérique a encore été extraite des graines. C’est une hémagglutinine qui a une forte activité antiproliférative sur les cellules leucémiques humaines et le cancer du poumon ; elle favorise l’apoptose des cellules tumorales, et inhibe leur migration (action antimétastatique) (RAFIQ, 2013).

 3) Indications thérapeutiques du LOTIER CORNICULE

=> Malgré l’absence d’études cliniques contrôlées, le Lotier corniculé est reconnu pour ses propriétés sédatives et antispasmodiques ; qui l’indiquent dans la nervosité, l’anxiété, les troubles du sommeil, et les palpitations d’origine nerveuse. On l’a prescrit aussi dans la spasmophilie.
Toutefois, la présence, même à l’état de traces, de composés cyanogènes exclut la possibilité de cures prolongées.

=> Comme plante vulnéraire, le Lotier peut être indiqué en compresses imbibées d’une décoction sur des plaies pour accélérer la cicatrisation.

Lotiers corniculés
au Vau du Puits
CHITRY LE FORT, 89 Yonne

 RECOLTE 

En Mai-Juin : récolter les parties aériennes (fleurs et feuilles) ; à faire sécher dans un local aéré ; conserver en bocaux à l’abri de la lumière ou en sachets-papier.

 EMPLOI MEDICINAL et POSOLOGIE

=> en INFUSION : des fleurs et feuilles séchées : 1-2 cuillères-à-café par tasse (1 cuillère-à-soupe de fleurs sèches /tasse selon LECLERC et FOURNIER) x 2 à 3 fois /j.
Il convient de restreindre l’utilisation à des cures courtes d’une dizaine de jours (les doses élevées ou prolongées étant toxiques)

=> en TEINTURE-MERE : LOTUS CORNICULATUS TM : 30 gouttes aux 2 repas et 50 à 100 gouttes le soir au coucher, en cas de nervosité-insomnie, par cures limitées à 2-3 semaines ; alterner avec des cures de PASSIFLORE ou d’ESCHOLTZIA CALIFORNICA.

=> Il existe des GELULES préparées et vendues en Herboristerie dosées à 200mg, 285mg, et 345mg ; posologie : 3 à 4 gélules /jour (jusqu’à 2 gélules x 3 fois/j. pour la forme à 200 mg) en cures courtes de 2-3 semaines.

=> Il existe une spécialité : l’ANTINERVEUX LESOURD qui est un macérat hydro-alcoolique à base de Lotier corniculé et de Mélilot, indiqué dans les états neurotoniques et les troubles du sommeil ; la posologie recommandée est de 20 à 50 gouttes x 2 fois par jour pour une cure qui ne doit pas dépasser un mois.

 PHARMACOPEE FRANCAISE

non-inscrit

 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

 1) Bibliographie générale :

H. LECLERC « Précis de Phytothérapie » p. 218-219

Paul-Victor FOURNIER « Dictionnaire les Plantes médicinales et vénéneuses de France » 1947, ré-éd. 2010, p.586-587

Pr J-P CHAUMONT, Dr J-M MOREL « Se soigner avec les plantes de Bourgogne » p. 136-137

Loïc GIRRE « Les Plantes et les Médicaments » p. 80

Gérard DUCERF « L’encyclopédie des Plantes bio-indicatrices » Vol1, p.212

Clotilde BOISVERT « Plantes et remèdes naturels » p.323

 2) Articles scientifiques :

(articles classés par ordre chronologique, des plus anciens aux plus récents) :

WAGHORN GC, ULYATT A, JOHN A, FISHER MT « The effect of condensed tannins on the site of digestion of amino acids and other nutrients in sheep fed on Lotus corniculatus L. » British J. of Nutrition 1987 ; 57 : 115-26 (Palmerston North, New Zealand)

FOO LY, NEWMAN R, WAGHORN G, McNABB WC, ULYATT MJ. « Proanthocyanidins from Lotus corniculatus » Phytochemistry 1996 Feb ; 41(2) : 617-24 (NZ Institute for industrial Research and Development, Lower Hutt, New Zealand)

Carlos Alberto RAMIREZ-RESTREPO « Nutritional studies on Lotus Corniculatus containing condensed tannins to increase reproductive rate and lamb growth under commercial dryland farming conditions » Thèse 2004 / Massey University, Palmerston North, New Zealand

RAMIREZ-RESTREPO CA, BARRY TN, LOPEZ-VILLALOBOS N, KEMP PD, McNABB WC. « Use of Lotus Corniculatus containting condensed tannins to increase lamb and wool production under commercial dryland farming conditions without the use of anthelminthic » Anim. Feed Sci. Technol. 2004 ; 17 : 85-105

REYNAUD J, LUSSIGNOL M. « The flavonoids of Lotus corniculatus » Lotus Newsletter 2005 ; 35(1) : 75-82 (Université Claude Bernard, Lyon, France)

KOELZER J, PEREIRA DA, DALMARCO JB, PIZZOLATTI MG, FRÖDE TS « Evaluation of the anti-inflammatory efficacy of Lotus corniculatus » Food Chem. 2009 Dec ; 117 (3) : 444-50 (University of San Catarina, Florianopolis, Brazil)

DALMARCO JB, DALMARCO EM, KOELZER J, PIZZOLATTI MG, FRÖDE TS « Isolation and identification of bioactive compounds responsible for the anti-bacterial efficacy of Lotus corniculatus var. Sâo Gabriel » Int. J. Green Pharm. 2010 Apr ; 4 (2) : 108-14 (University of San Catarina, Florianopolis, Brazil)

RAFIQ S, MAJEED R, QAZI AK, GANAI BA, WANI I, RAKHSHANDA S, QURISHI Y, SHARMA PR, HAMID A, MASOOD A, HAMID R. « Isolation and antiproliferative activity of Lotus corniculatus lectin towards human tumour cell lines » Phytomedicine 2013 (University of Kashmir, Srinagar, India) http://dx.doi.org/10.1016/j.phymed.2013.08.005

GIRARDI FA, TONIAL F, CHINI SO, SOBOTTKA AM, SCHEFFER-BASSO SM, BERTOL CD « Phytochemical profile and antimicrobial properties of Lotus Spp. (Fabaceae) » An. Acad. Bras. Ciências 2014 Sep ; 86(3) (Universidade de Passo Fundo, Brazil)

ABDERRAHMANE M, BOUHEROUM M, MALAFRONTE N, D’AMBOLA M, MERIEM A, SEVERINO L. « Phytochemical investigation and citotoxic activity of Lotus corniculatus » Archives Dec ; Vol 3 : 222-25 (Constanne University, Algérie)

ASADBEGI M, MIRAZI N, VATANCHIAN M, GHARIB A. « Comparing the healing effect of Lotus Corniculatus Hydroethanolic Extract and phenytoin cream 1% on the rat’s skin wound : a Morphometrical and Histopathological study » J. Chem. Pharm. Sci. 2016 Apr-June ; 9(2) : 746-52 (Tehran University, Iran)

 WEBOGRAPHIE

www.wikiphyto.org
www.doctissimo.fr
www.mr-plantes.com
http://healthnbeautyarticles.blogspot.fr/2015/07/bird-lotus-corniculatus-overview-health.htlm


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 360 / 20654

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site MONOGRAPHIES   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License