BIENFAITS des PLANTES MEDICINALES

ROMARIN

jeudi 30 novembre 2017 par Dr Dom COQUERET

ROMARIN

Rosmarinus officinalis L.

Article révisé en Octobre 2019

Romarin en fleurs dans un jardin
à MILLY (Yonne)

 Noms vernaculaires :

Encensier, Rose-marine, Herbe aux couronnes, Romarin des troubadours…

 BOTANIQUE

Famille des Lamiacées (Labiées)

Arbrisseau ramifié de 80cm-1m, pouvant atteindre 1m50, à tiges ligneuses rondes ; ses feuilles persistantes (le romarin reste toujours vert) sont opposées, sessiles et linéaires, coriaces ; elles ressemblent à des aiguilles légèrement enroulées sur les bords, leur face supérieure lisse-vernissée d’un vert beau vert foncé, leur face inférieure blanchâtre ; les fleurs sont bleutées pâles, bi-labiées : la lèvre supérieure bilobée, profondément échancrée, la lèvre inférieure trilobée, le lobe central ayant la forme d’une spatule. La fleur n’a que 2 étamines, qui sont plus longues que la lèvre supérieure. Les fruits sont des tétrakènes.
Toute la plante dégage une odeur aromatique d’encens, de camphre, et de pin. Le romarin, comme la plupart des autres labiées, est très mellifère.

 HABITAT

Son biotope primaire est le pourtour de la Mer Méditerranée ; le Romarin y pousse à l’état sauvage dans la garrigue, sur des rocailles calcaires riche en minéraux, à proximité de la mer.
Diverses variétés ont été adaptées à la culture, dans les régions tempérées, plus septentrionales, la plante étant l’une des condimentaires les plus utilisées depuis l’antiquité. Et quel jardin n’a pas, comme la SAUGE, son pied de ROMARIN exposé en plein soleil !

des Romarins sauvages dans la Montagne de la Clape
dominant Narbonne (Aude)

 USAGE MEDICINAL

 1) Historique et usages traditionnels

Vanté par les médecins grecs, porté en couronnes sur la tête au cours des fêtes dans les pays méditerranéens, le ROMARIN fut reconnu par GALIEN au 1° siècle comme excellent pour la jaunisse.

Dans son « Herbier » du IV° siècle de notre ère, le Pseudo-APULEE déclare en introduction à l’usage du Romarin qu’ « avant de connaître l’encens, les hommes apaisaient les dieux grâce à lui ». Puis, il énumère 9 indications de la plante :
- pour le mal de dents
- en cas de faiblesse
- pour le prurit
- pour une douleur hépatique ou intestinale
- pour la toux
- pour une douleur des entrailles
- pour une taie blanche de l’oeil
- pour les blessures récentes
- pour les fièvres tierces

A l’époque de Charlemagne, le Capitulaire DE VILLIS (au début du IX° s.) recommandait de le planter dans les jardins royaux ; il fut par la suite cultivé dans les jardins d’abbayes.

On le retrouve ensuite dans les formules spagyriques (médecine alchimiste) d’ALBERT le GRAND au XIII° siècle. Il fut toujours, depuis l’antiquité, au Moyen-Âge, et jusqu’à nos jours, connu en médecine populaire comme digestif et excellent fortifiant.

A la fin du XIII° siècle, ce fut Arnaud de VILLENEUVE (médecin de Montpellier) qui aurait distillé pour la première fois une essence alcoolique de Romarin.

Sa renommée comme cosmétique date du XIV° siècle, quand les vertus de « l’EAU de la REINE de HONGRIE » se répandit dans toute l’Europe : en effet, Elisabeth de Pologne, devenue reine de Hongrie, aurait utilisé un alcoolat de Romarin toute sa vie comme « Eau de toilette » pour garder sa beauté ; une autre version dit qu’à 72 ans, percluse de goutte et de poussées arthritiques, elle aurait reçu d’un « ermite » la formule de cette « Eau » qui en un an, en frictions quotidiennes et soins de peau, l’avait à la fois soulagée et rajeunie ! Or, il ne s’agissait que d’un distillat de fleurs de romarin : macéré par « digestion » pendant 3 jours, puis distillé dans l’alambic.

PARACELSE, vers 1541, a composé un « Liniment opodeldoch » : liniment ammoniacal camphré à base de ROMARIN et de THYM dont les massages rubéfiants soulageaient les rhumatismes et névralgies.

Au XVI° siècle, le médecin botaniste italien MATTHIOLI en décrit les vertus sous le nom de « Romarin des jardins » :
« Le Romarin est bon aux froides maladies de l’estomac, à la passion céliaque, au vomissement de la viande...
Il est utile aux « splénics, hépatics »...il échauffe...
Il sert contre toutes défluxions du cerveau, et toutes maladies froides, comme mal caduc, endormissements des membres, léthargie, paralysie. Il est bon au lavement de la tête, aux fomentations des jointures. Il arrête les flux blancs des femmes. »
« Les fleurs confites en sucre sont bonnes à toutes les choses susdites, particulièrement contre toutes les passions froides du coeur, aux maladies de la poitrine, et contre la peste. »
« La décoction du romarin que les romains appellent rosmarinus, prise en breuvage, guérit la jaunisse. »
Il décrit aussi la préparation d’un vin de romarin pour en verser sur les plaies récentes.

Le pouvoir anti-infectieux du ROMARIN et du THYM les fit prescrire pendant les épidémies de peste qui ravagèrent villes et campagnes périodiquement. En témoigne l’histoire du « VINAIGRE des 4 VOLEURS » : 4 brigands détroussaient les cadavres morts dans la région de Toulouse lors de l’épidémie de peste de 1628. Capturés et condamnés, ils échappèrent au supplice d’être brûlés vifs en échange de leur « secret » : ils se protégeaient de la contagion en s’enduisant avec un vinaigre où avaient macéré de l’AIL et des herbes aromatiques (pour la petite histoire : leur peine « adoucie » leur valut d’être pendus !). Un peu plus tard, d’autres voleurs à Marseille, lors de la peste de 1720, avouèrent aussi leur recette qui associait au ROMARIN et à l’AIL, la RUE, l’ABSINTHE, le THYM, la SAUGE, la LAVANDE, et des clous de GIROFLE.

Au XVIII° s., Nicolas LEMERY qui fut apothicaire à Paris sous Louis XIV, en résume l’emploi à son époque :
« On se sert souvent dans la Médecine des feuilles et des fleurs du Romarin ; elles sont propres pour fortifier le cerveau, pour l’épilepsie, pour la paralysie, pour les vapeurs hystériques ; on s’en sert extérieurement pour fortifier les jointures et les nerfs, pour résister à la gangrène, pour résoudre les humeurs froides. »

François-Victor MERAT en décrit l’usage au XIX° siècle :
« Comme médicament, le romarin est tonique, excitant, nervin, cordial, céphalique, accélérateur de la circulation, excitateur des sens, etc, à la manière des Labiées les plus aromatiques. On le conseille dans les vertiges, l’hystérie, l’hypochondrie, la paralysie, le catarrhe humide, et dans toutes les affections par débilité comme dans certaines chloroses, certaines leucorrhées, etc. A l’extérieur, on se sert de son infusion comme résolutive sur les ecchymoses, les engorgements froids, l’infiltration, etc. On en prépare des bains fortifiants. »
Il cite de vieilles compositions des siècles précédents (qui n’étaient plus guère usitées à cause de la complexité des minéraux et des plantes nécessaires à leur fabrication, et de leur coût) contenant du romarin :
- l’Orviétan
- l’Eau générale
- l’Eau thériacale
- le Baume opodeldoch
- le Sirop de Stoechas
- le Baume tranquille

François-Joseph CAZIN, qui fut phytothérapeute dans le Nord de la France au XIX° siècle, le prescrivait encore beaucoup dans les campagnes.
« Le romarin est aromatique et stimulant ; sa diffusibilité agit surtout sur le système nerveux de manière énergique. On l’a vanté contre la paralysie, la dyspepsie, l’asthme, les catarrhes chroniques, les vomissements spasmodiques, les affections hystériques, l’aménorrhée, la leucorrhée, les engorgements des viscères abdominaux, les scrofules, etc. »
Lui-même l’a prescrit dans des cas de « fièvres typhoïdes adynamiques » et dans les « fièvres pernicieuses ». « Je regarde donc le romarin comme un des meilleurs stimulants anti-spasmodiques que l’on puisse employer dans les fièvres typhoïdes. »
« Les feuilles de romarin, cuites dans du vin, conviennent comme résolutifs dans les engorgements pâteux et indolents. Je les ai employées ainsi sur les gonflements articulaires, à la suite des entorses. »
Il cite aussi son emploi :
- en topique, sur des tumeurs scrofuleuses du cou’ (la « scrofule » est un ancien terme médical désignant une hypertrophie des ganglions, autrement dit des adénopathies)
- « en gargarisme contre l’angine chronique »
- « et en bains contre le rhumatisme chronique, les scrofules, la chlorose (anémie), la débilité des enfants ».

Henri LECLERC, au début du XX° siècle, le décrit comme un « simple doué de propriétés stimulantes incontestables. J’ai souvent obtenu de bons effets de son infusion à 5 p. 100 dans les états adynamiques qui accompagnent les grandes pyrexies (fièvre typhoïde, typhus, grippe), dans les dyspepsies atoniques, chez les malades affaiblis par un surmenage physique ou intellectuel. »
Il cite les travaux des Dr PARTURIER et ROUSSELLE qui, par tubage duodénal « lui ont reconnu une action cholérétique se traduisant par des modifications assez marquées de la bile qui tend à s’éclaircir et à augmenter de quantité, action qui en légitime l’emploi, prise avant les repas, dans les cholécystites chroniques, les petites ascites avec gros foie, les cirrhoses de Laënnec, les ictères par hépatite et par obstruction. »

un Romarin en fleur sur les berges du Cher
à SAVONNIERES (Indre-et-Loire)

 2) Composition & Pharmacologie 

Profitons , à l’occasion de la description du ROMARIN, si puissamment aromatique, véritable « Laboratoire de chimie végétale », pour préciser certains de ses principaux constituants. Car la plupart se retrouvent, à quelques différences près, et à des concentrations différentes, chez toute cette famille des Labiées. Les études pharmacologiques ont bien montré les parallèles existant entre l’activité de ces substances et les propriétés médicinales reconnues empiriquement depuis des siècles.
La composition des feuilles de Romarin varie selon le biotope (la région, la nature du sol, et l’altitude où il croît), et selon les stress (de température, ou hydrique...) auxquelles la plante est soumise.

Par exemple, sur des échantillons récoltés en Serbie, l’analyse (par chromatographie liquide à haute performance, couplée à la spectrographie de masse) a révélé (BORRAS-LINARES, 2014) :
34 composants identifiés :
- d’abord, les diterpènes caractéristiques du Romarin, et recherchés pour leurs propriétés bioactives :
l’ acide carnosique
le carnosol
le rosmanol, ses isomères (épirosmanol et épiisorosmanol), et dérivés (rosmaquinone)
- des composants typiques du Romarin :
l’ acide rosmarinique
le rosmadial
le rosmaridiphénol
- des flavonoïdes :
homoplantaginine
cirsimaritine
genkwanine
gallocatéchine
népétrine
hespéridine
glucosides de Lutéoline
- des triterpènes :
anémosapogénine
acide micromérique
acide bétulinique
acide ursolique
- d’autres composés connus dans la famille des Labiacées :
acide quinique
acide syringique
3-O-glucoside de l’acide rosmarinique
shogaol
des acides triterpéniques : asiatique, benthamique, et augustique.

Les feuilles de Romarin renferme en grande abondance dans leurs extraits (mais beaucoup moins dans l’huile essentielle) :
- des Flavonoïdes : comme l’Apigénine qui est un puissant antioxydant, anti-inflammatoire, anticancéreux, et un neuroprotecteur dans les maladies neuro-dégénératives ; mais aussi la genkwanine, la lutéoline, la dosmétine...
- et des triterpènes comme l’Acide Oléanique qui est hépatoprotecteur, antiviral, et antitumoral (mais qui peut devenir hépatotoxique à très forte dose).

Du ROMARIN, on extrait par distillation une HUILE ESSENTIELLE (HE ) au taux de 0,4% à 2%, dont la composition diffère des extraits aqueux ou alcoolique de la plante. Elle est riche en terpènes, mais leur teneur varie beaucoup selon l’ensoleillement, selon que le Romarin pousse dans les régions très méridionales, ou plus septentrionales.
A titre d’exemple, voici la composition chimique d’une HE de Romarin mexicain, dont la composition est équilibrée (MARTINEZ, 2009) :
α-pinène 14,10%
β-pinène 12,02%
camphène 11,47%
camphor 8,75%
1,8-cinéole (eucalyptol) 8,58%
α-phellandrène 7,87%
bornéol acétate 6,49%
bornéol 4,85%
isobornéol 3,45%
α-terpinéol 2,01%
carène 1,86%
o-cymène 1,81%
cis-α-terpinéol 1,45%
β-caryophyllène 1,38%
Dans ce chémotype de Romarin, le composant dominant est le Pinène (α et β) 26,12% au total.

Le taux d’HE obtenue de Romarins brésiliens n’était que de 0,37% à 0,49%
dont les 4 composants chimiques principaux sont (ATTI-SANTOS, 2005) :
α-pinène 40,55% - 45,10%
1,8-cinéole 17,40% - 19,35%
camphène 4,73% - 6,06%
verbénone 2,32% - 3,86%

Une HE de ROMARINs iraniens de la région d’Ispahan a une composition très proche à alpha-pinène et 1,8-Cinéole dominants (MINAIYAN, 2011) :
α-pinène 39,8%
1,8-cinéole 18,3%
p-cymène-9-ol 7,7%
camphor 7,4%
camphène 6,6%
verbénone 6,5%
bornéol 3,7%
β-pinène 1,4%
bornyl-acétate 1,3%

La composition chimique d’autres romarins montre une richesse majoritaire en 1,8-Cinéole (=Eucalyptol) et en Camphre :
- par exemple chez des Romarins en Serbie (RASKOVIC, 2014) :
1,8-cinéole 43,77%
camphor 12,53%
α-pinène 11,51%
- et chez des Romarins tunisiens (ZAOUALI, 2010) :
1,8-Cinéole (Eucalyptol) 27,5% - 47,2%
Camphor (Camphre) 12,9% - 27,9%
- ce Chémotype à 1,8-Cinéole et Camphre est cohérent avec cet autre Romarin tunisien, dont les 13 principaux composants sont (JARDAK, 2017) :
1,8-cinéole 23,56%
camphène 12,78%
camphor 12,55%
β-pinène 12,30%
γ-terpinène 7,58%
caryophyllène oxyde 5,02%
bornyl acétate 3,28%
linool 3,21%
caryophyllène 2,80%
bornéol 2,53%
α-terpinolène 2,46%
terpinène-4-ol 1,23%
α-pinène 1,20%

Chez des Romarins récoltés dans le Nord de l’Algérie, le taux d’extraction en HE était de 0,82%, et les principaux composants analysés étaient (DJEDDI, 2007) :
camphor 14,6%
1,8-cinéole 12,2%
β-caryophyllène 10,9%
bornéol 10,6%
β-pinène 8,5%
camphène 7,2%
α-pinène 5,4%
bornyl acétate 5,3%
α-terpinéol 5,2%

Voici encore une composition différente de Romarins brésiliens, où dominent le Camphre et la Verbénone (BERNARDES, 2010) :
camphor 18,9%
verbénone 11,3%
α-pinène 9,6%
β-myrcène 8,6%
1,8-cinéole 8,0%
β-caryophyllène 5,1%

A partir des profils chimiques, très différents selon l’origine des Romarins, 3 grands chémotypes d’HE ont été définis, qui déterminent leurs emplois respectifs en thérapeutique (FAUCON, 2015) :
- le ROMARIN à CINEOLE (Rosmarinus officinalis cineoliferum) originaire du Maroc et de la Tunisie, renferme près de 50% de son HE sous forme de 1,8-Cinéole, un puissant antiseptique, anti-inflammatoire et mucolytique des voies respiratoires. Il est indiqué pour libérer les bronches et faciliter la respiration pulmonaire.
- le ROMARIN à VERBENONE (Rosmarinus officinalis verbenoniferum) originaire de Corse (et parfois d’Afrique du Nord) , qui contient entre 5% et 30% de Verbénone, une cétone, et de l’Acétate de Bornyle. La Verbénone est cholagogue et cholérétique (c’est-à-dire qu’elle augmente la sécrétion biliaire et son évacuation cholédocienne). De ce fait, l’HE de Romarin à Verbénone est un excellent draineur hépato-biliaire et un protecteur hépatique.
- le ROMARIN à CAMPHRE (Rosmarinus officinalis camphoriferum) originaire de Provence et d’Espagne, peut contenir jusqu’à 30% de Camphre, une cétone ; son orientation thérapeutique est d’avantage décontracturant neuromusculaire.

un superbe buisson de Romarin sauvage
dans les Bardenas Reales (Navarre, Espagne)

Les principaux composants des HE de Romarin et leurs propriétés, sont :
- Le 1,8-cinéole ou Eucalyptol, également isolé des EUCALYPTUS, est présent chez d’autres Labiées comme la SAUGE, ainsi que chez des ARMOISES comme l’ABSINTHE. C’est un oxyde monoterpénique ; il est antiseptique et anti-inflammatoire des voies respiratoires, et mucolytique des sécrétions bronchiques.
- Le bornéol a été isolé principalement chez le CINNAMOMUM CAMPHORA d’Indonésie et du Japon. Il s’oxyde en camphre. La plupart des Labiées en contienne : SAUGE, LAVANDE, THYM et SERPOLET ; il est analgésique et anesthésiant.
- Le camphène est un monoterpène retrouvé dans de nombreuses huiles essentieles (comme celles de la BERGAMOTE, du CAMPHRIER, et dans la TEREBENTHINE du PIN).
- L’ alpha-pinène, pincipal terpène de l’essence de PIN (ou Essence de Térébenthine) est, lui aussi, un puissant antiseptique.

D’autres composants importants ont été isolés :
- L’ acide rosmarinique  : un polyphénol très présent chez les Labiées (SAUGE, MELISSE, SARIETTE…) où il assure un rôle de défense pour la plante ; il est anti-oxydant, piégeur de radicaux libres (des toxiques résultant des phénomènes d’oxydation) et anti-inflammatoire ; il est aussi antiviral et antibactérien. Sa présence dans un certain nombre de plantes médicinales et d’épices est considéré comme bénéfique pour la santé (PETERSEN, 2003). On lui a découvert un effet régulateur du GABA, un neuro-transmetteur cérébral, impliqué dans l’anxiété.
- La verbénone est une cétone monoterpénique issue de l’oxydation de l’alpha-pinène (un des terpènes les plus courants du Pin et du Romarin). Elle est stimulante du système nerveux, mais devient neurotoxique à forte dose (convulsivante) et abortive, ce qui doit en faire limiter la posologie et la durée d’utilisation.
- enfin des flavonoïdes : dont l’apigénine aux multiples propriétés thérapeutiques : anti-inflammatoire, antivirale, antitumorale, anxiolytique...

l’HE de Romarin a une activité antibactérienne sur les bactéries Gram + (Staphylococcus aureus et Bacillus subtilis), sur les bactéries Gram - (Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa) et sur les mycoses (Candida albicans et Aspergillus niger). Le Staphylococcus aureus s’est avéré le germe le plus sensible à l’HE. Les substances testées les plus bactéricides étaient le Bornéol, le Camphor, et le Verbénone (SANTOYO, 2005).
L’excellente activité anti-staphylococcique de l’HE de Romarin sur une gamme de souches de Staphylocoques, y compris les Méti-R (résistants à la Meticilline) a été confirmée ; elle est dose-dépendante (ISSABEAGLOO, 2012).
Les HE de Romarin et de Sauge ont des propriétés antibactériennes proches sur les entérobactéries et sur des fungi (Candida albicans et dermatophytes) ; une action remarquée s’exerce sur Escherichia coli, les Salmonella typhi et enteritidis, ainsi que sur Shigella sonei (qui sont des germes de gastro-entérites et de dysenterie) (BOZIN, 2007).
D’autres chercheurs mettent en évidence une action bactéricide de l’HE de Romarin supérieure sur les bactéries Gram+ que sur les Gram-, particulièrement marquée sur les Staphylococcus aureus devenus résistants (Staphylocoques dorés Méti-R) ; ainsi que sur certains fungi comme les Candida albicans mutants devenus résistants aux imidazolés et à l’amphotéricine B. Avec l’émergence de multirésistances, l’Huile Essentielle de Romarin pourrait bien devenir l’une des HE les plus puissantes à laquelle on pourrait avoir recours dans des infections à germes multirésistants (LUQMAN, 2007).

L’HE possède un effet antinociceptif (antalgique) qui semble impliquer à la fois le système sérotoninergique (récepteurs 5-HT1A) et le système opioïde endogène (MARTINEZ, 2009).

Avant de rentrer dans le détail des propriétés spécifiques de telle ou telle fraction du Romarin, disons déjà que le Romarin, globalement, possède une puissante activité antioxydante, comparable à un antioxydant de référence : le delta-tocophérol ; mais son extrait d’avantage que son huile essentielle. Les 2 substances les plus anti-oxydantes sont l’acide rosmarinique et l’acide carnosique, dont les taux respectifs varient beaucoup selon les méthodes d’extraction ou de distillation (ALMELA, 2006).

Les recherches pharmacologiques sur le Romarin se sont portées depuis environ 20 ans sur les propriétés de ces « Polyphénols diterpènes » qui sont propres au Romarin : ils sont de type « Abietane », dans lequel le « groupe Labdane » mène à la formation de l’Acide carnosique dont on a découvert l’extrême intérêt thérapeutique ; il est présent à un taux de 1,5% à 2% (des feuilles sèches) (HABTEMARIAM, 2016). On le trouve également chez la SAUGE. Il subit une oxydation, et ses dérivés sont des lactones diterpènes qui ne se trouvent pas dans l’HE ; ils sont :
le Carnosol
le Rosmanol
l’ Epirosmanol
l’Isorosmanol
le Rosmadial
le dérivé 12-Méthoxyl de l’acide carnosique
le 11,12-Diméthoxy-isorosmanol
et le 7-Méthoxy-rosmanol

d’autres dérivés de ces diterpènes sont les « Diterpènes quinones » :
le Rosmaquinone A et B
et le Rosmariquinone.

L’Acide carnosique et le Carnosol sont antioxydants et anti-inflammatoires :
- Quatre des diterpénoïdes du Romarin : l’acide carnosique, le carnosol, le rosmanol et l’épirosmanol inhibent la production de l’anion superoxyde, et bloquent complètement la peroxydation des lipides dans les mitochondries, indiquant ainsi leur pouvoir antioxydant puissant (HARRAGUCHI, 1995).
- Ils inhibent la formation des leucotriènes pro-inflammatoires dans les polynucléaires (POECKEL, 2008).

Au niveau cérébral :
- L’acide carnosique et le carnosol, composants majeurs du Romarin, augmentent de façon prononcée la synthèse du Facteur de Croissance Neuronale (nerve growth factor, ou NGF) qui joue un rôle primordial dans la croissance, la vitalité, et l’aptitude fonctionnelle des neurones (KOSAKA, 2003).
- L’acide carnosique est neuroprotecteur ; il réduit de 52% la taille d’un infarctus cérébral expérimental chez l’animal suite à une ischémie. Il augmente la viabilité cellulaire en augmentant la résistance au stress oxydatif, et en diminuant l’inflammation et ses marqueurs (HOU, 2012).
- Les diterpènes de Romarin sont anti-inflammatoires sur la microglie (qui est l’ensemble des cellules gliales nutritives du cerveau, et qui sécrète des cytokines pro-inflammatoires) (HABTEMARIAM, 2016)
- L’Acide carnosique réduirait (in vivo chez le rat) la toxicité que les dépôts de protéine béta-amyloïde exerce sur les neurones adjacents dans un modèle de maladie d’Alzheimer (RASOOLIJAZI, 2013) ;
- L’acide carnosique protège contre la neurotoxicité (dans un modèle expérimental, chez l’animal, de maladie de Parkinson induite par la 6-hydroxydopamine) ; il pourrait assurer une protection contre des causes toxiques similaires, à l’origine de la maladie de Parkinson (WU, 2015).
Il faudra que ces données très récentes soient confirmées, et surtout vérifiées chez l’homme.
- Une étude expérimentale chez le rat avec un extrait dosé à 200mg/kg apportent une amélioration comportementale et cognitive en faveur d’une amélioration de la mémoire à long terme. Un mécanisme d’inhibition de l’enzyme acétylcholinestérase est mis en évidence au niveau de l’hippocampe (une zone carrefour de la mémoire) et du cortex frontal. Là encore, si cette découverte était valable chez l’homme, elle pourrait frayer la voie thérapeutique à une prévention des démences (OZAROWSKI, 2013).

Comme antibactérien : les extraits de Romarin ont une action antibactérienne sur les Streptocoques de la sphère bucco-dentaire, responsables de caries (Streptococcus mutans, salivarius, sobrinus, mitis, et sangunis), ainsi que sur l’Enterococcus faecalis ; action attribuée à la fraction qui renferme l’acide carnosique et le carnosol (BERNARDES, 2010, a) ; alors que l’HE (du fait de sa composition différente) n’est que faiblement antibactérienne (BERNARDES, 2010, b).
L’acide carnosique a également une action antivirale sur les protéases du VIH-1 (virus de l’immunodéficience humaine, agent du Sida) (PARIS, 1993)

Recherches expérimentales sur le ROMARIN en Cancérologie :
Les extraits de Romarin, l’Acide carnosique, et l’Acide rosmarinique se sont avérés, in vitro, inhibiteurs de la croissance d’un certain nombre de cellules cancéreuses (CHEUNG, 2007) (YESIL-CELIKTAS, 2010).
Ils inhibent fortement les cellules cancéreuses HeLa (JARDAK, 2017).
En fait, c’est l’Acide carnosique qui a fait la preuve de l’action antitumorale la plus puissante sur les cellules cancéreuses :
- du poumon à petites cellules
- de la leucémie myéloïde chronique
- de l’adénocarcinome mammaire
- de l’hépatocarcinome
- de l’adénocarcinome prostatique.

A ce jour, MOORE et al. 2016 ont recensé les types de cancers (Kc) sur lesquels les extraits de romarin ou ses Polyphénols avaient démontré leur action cytotoxique :
- Kc du colon
- Kc du pancréas
- Kc de la prostate
- Kc du sein
- Kc du col de l’utérus
- kc ovarien
- Kc du foie
- Kc du poumon (à petites cellules)
- Leucémie myéloïde
- Kc buccal

Ces propriétés antitumorales du Romarin méritent d’être détaillées :
- Dans le cancer du colon, le ralentissement de la prolifération cellulaire passe par plusieurs voies, notamment par l’activation de la transcription des gènes qui codent pour l’apoptose (c’est-à-dire la mort cellulaire) (VALDES, 2013). On sait que cette propriété qui régule la durée de toute cellule vivante est ’perdue’ par la cellule cancéreuse qui multiplie sa croissance en échappant à cette régulation... le Romarin la rétablit.
- Dans le cas des cancers du sein, dont il existe des sous-types génétiques, l’extrait de Romarin semble pouvoir interagir sur la surexpression ER+ et HER2+ qui confère à certaines cellules une oestrogénodépendance accrue. En outre, le Romarin potentialise les chimiothérapies (par Tamoxifene, Trastuzumab, et Taclipaxel) (GONZALEZ-VALLINAS, 2014 a).
- Dans le cancer du pancréas, ainsi que dans celui du colon, l’extrait de Romarin exerce une nette action antiproliférative (in vitro, et in vivo chez la souris) qui passe par une régulation de l’expression d’un gène tumoral (GCNT3). Dans l’extrait, c’est l’Acide carnosique qui est la principale substance active ; mais il a été montré qu’associés, les diterpènes que sont l’Acide carnosique et le Carnosol, ont une action synergique supérieure à la somme de leurs effets séparément (GONZALEZ-VALLINAS, 2014 b)
- Dans les cancers gastriques et oesophagiens, un extrait de Romarin s’avère cytotoxique sur les cellules cancéreuses, accélère leur apoptose, puis leur nécrose (KARIMI, 2017).
- Dans la Leucémie myéloïde, l’Acide carnosique exerce son action antiproliférative sur les cellules HL-60 de leucémie myéloïde ; il réduit la viabilité cellulaire en accélérant l’apoptose (mort cellulaire), et agissant sur des cibles qui contrôlent l’arrêt du cycle cellulaire. Il potentialise cet arrêt du cycle cellulaire en association avec le Doxercalciférol (1-D2) (DUGGAL, 2012)
- Dans le cancer de la prostate, l’Acide carnosique inhibe, à dose-dépendante, les cellules adénocarcinomateuses en stimulant leur apoptose (KAR, 2012).
- Dans le cancer ovarien, le Romarin ralentit la prolifération cellulaire, en affectant le cycle cellulaire à de multiples phases. Il induit l’apoptose des cellules malignes en modifiant l’expression de plusieurs gènes régulateurs de cette apoptose. En outre, il augmente la sensibilité tumorale au Cisplatine. L’Acide carnosique est reconnu comme un des composants les plus efficaces, mais il agit en synergie avec d’autres phénols présent dans les extraits de la plante, comme le Carnosol et l’Acide Rosmarinique (TAI, 2012).
- Dans le cancer du foie (hépatocarcinome), l’Acide carnosique induit également la mort des cellules malignes par un processus de formation de vacuoles d’autophagie (en inhibant la voie du Akt/mTOR) ; utiliser des substances qui favorisent ce processus est un enjeu pour des types de cancers devenus ’résistants à l’apoptose’ (GAO, 2015).
- In vitro sur des cellules de neuroblastome humain, l’Acide carnosique altère la viabilité cellulaire à dose-dépendante ; en activant les capsases (enzymes protéases indispensables à l’apoptose), et en induisant la génération de dérivés réactifs de l’oxygène (TSAI, 2011).
- L’Acide carnosique prévient aussi totalement la formation du cancer buccal induit chez le hamster par un anthracène (le DMBA) (MANOHARAM, 2010)
- Enfin, des extraits totaux de Romarin ont une action antiproliférative sur des cellules de mélanome humain. Parmi les composants de la plante, ce sont l’Apigénine, la Lutéoline, et le Carnosol qui sont les plus inhibitrices de la croissance tumorale ; elles sont cytotoxiques, et induisent l’apoptose. (CATTANEO, 2015).
Pour conclure, au vu des nombreux travaux prouvant l’action antiproliférative du Romarin sur de multiples lignées cellulaires tumorales, le Romarin et/ou ses diterpènes représentent un potentiel prometteur pour des thérapies complémentaires en oncologie (GONZALEZ-VALLINAS, 2015).

Au niveau hépatique :
Le Romarin est reconnu traditionnellement comme étant un draineur hépato-biliaire ; il est cholérétique et cholagogue (c’est-à-dire qu’il augmente la quantité de bile sécrétée par le foie, tout en favorisant son évacuation par les voies biliaires) (BEZANGER-BEAUQUESNE, 1990).
Il relaxe la contracture du sphincter d’Oddi (en bas du canal cholédoque).
Les jeunes bourgeons de Romarin sont encore plus cholérétiques que la plante entière (HOEFLER, FLEURENTIN, PELT et all, 1987).
Il est hépatoprotecteur. Dans un modèle expérimental d’intoxication sur l’animal au tétrachlorure de carbone (CCL4), l’extrait de Romarin exerce une protection hépatique comparable à la Silymarine (FAHIM, 1999) ; et dans le même modèle d’intoxication au CCL4, le Carnosol, l’un des composants majeurs du Romarin ayant une forte activité antioxydante, protège les hépatocytes de l’hépatite aiguë toxique (SOTELO-FELIX, 2002).

Les extraits de Romarin sont anti-inflammatoires :
- Sur un modèle animal de compression du nerf sciatique, où l’on voit une libération de marqueurs de l’inflammation (comme la cyclo-oxygénase COX2, la prostaglandine PGE-2, l’interleukine IL-1β, le monoxyde d’azote NO...), ils réduisent ces marqueurs de façon significative (GHASEMZADEH RAHBARDAR, 2017).
- Dans un modèle de colite inflammatoire et ulcéreuse chez le rat (proche de la maladie de Crohn), une amélioration des lésions ulcéreuses induites et de l’inflammation colique a été macroscopiquement et microscopiquement constatée, à des doses thérapeutiques de 400 mg/kg d’extrait, et de 400 microL/kg d’HE. Dans l’extrait, les substances actives présumées étaient l’acide rosmarinique et l’acide ursolique ; quant à l’HE, qui était d’un chémotype à alpha-pinène et à 1,8-cinéole, il semble que ces 2 composants majeurs aient eu aussi, en partie, un rôle favorable sur l’inflammation colique (MINAIYAN, 2011).
- Un extrait de Romarin a réduit les lésions ulcéreuses gastriques induites, chez l’animal, par l’Indométacine, l’alcool, et la Réserpine (DIAS, 2000).

Sur le plan métabolique :
Des expérimentations in vivo sur l’animal ont montré une amélioration des paramètres glucido-lipidiques avec des extraits polyphénoliques de Romarin (AL-JAMAL, 2011) (RAMADAN, 2013) ; ceux-ci améliorent conjointement l’équilibre glycémique et le bilan lipidique dans des modèles d’obésité animale (NAIMI, 2017).
L’hypothèse d’une action « Insuline-like » a été évoquée. En fait, le Romarin semble bien avoir, avec une bonne affinité, la capacité d’inhiber la Lipase hormonosensible qui contrôle le métabolisme des acides gras ; il inhibe aussi la Lipase pancréatique. Or, ces 2 lipases sont au carrefour entre les deux métabolismes des lipides et des glucides. Une voie d’action thérapeutique est ouverte sur le diabète de type 2 (BUSTANJI, 2010) ; des études cliniques humaines seraient souhaitées...

Nous n’avons trouvé qu’une seule étude clinique humaine : menée au Moyen-Orient sur 48 personnes (23 hommes et 25 femmes, dans la tranche d’âge de 20 à 57 ans) ; 3 groupes étaient traités avec de la poudre de feuilles séchées de Romarin récolté au Fayoum (Egypte) et administrée aux posologies respectives de 2g, 5g, et 10g/ 24H, pendant 8 semaines (LABBAN, 2014).
Les résultats sont résumés dans ce tableau :

dans les groupes respectifs : 2g/j. 5g/j. 10g/j.

Glycémie abaissée de -11,20% -15,74% -18,25%

Cholestérol total abaissé de -11,48% -17,97% -34,48%

LDL Cholestérol abaissé de -15,58% -28,46% -34,28%

HDL Cholestérol augmenté + 4,54% +15,21% +22,91%

Triglycérides abaissés -14,97% -21,30% -29,06%

On peut remarquer, à l’examen de ces résultats, que la prise d’extrait sec de feuilles de Romarin en poudre entraine une amélioration significative à la fois de l’équilibre glycémique et du bilan lipidique ; dans lequel la baisse du Cholestérol total, du LDL Cholestérol (qui est délétère) et des Triglycérides, est associée à une remontée favorable du HDL Cholestérol. Les résultats les meilleurs sont obtenus avec la posologie de 10g/24H. Toutefois, l’amélioration sous 5g/24H est déjà intéressante. Lorsqu’on sait les risques à long terme des troubles métaboliques glucido-lipidiques qui conduisent à la « maladie artérielle » (athéromatose, hypertension, risques coronariens et accidents vasculaires thrombotiques) et aux angiopathies lorsqu’il y a un diabète-de-type-2 associé, ces résultats peuvent faire proposer l’indication du Romarin dans la prévention du syndrome métabolique et des ses complications vasculaires (LABBAN, 2014).
En outre, dans cette étude, il était montré une amélioration de la Glutathion réductase, une enzyme qui permet de régénérer le Glutathion, en réduisant le Glutathion oxydé. Le Glutathion, présent dans toutes les cellules, assure dans le cytoplasme une protection contre les phénomènes oxydatifs ; il protège aussi les cellules de polluants ; et au niveau hépatique où il est particulièrement stocké à taux élevé, il élimine les métaux lourds en les sulfoconjugant grâce à son thiol.

Au niveau cardio-vasculaire :
L’acide rosmarinique présent dans l’extrait de Romarin possède des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires sur le système vasculaire. Dans un modèle d’infarctus expérimental (chez le rat), il a démontré sa capacité de réduire la taille de l’infarctus, en diminuant la sévérité de l’apoptose des cellules myocardiques ischémiées (HAN, 2017).

Sur le plan neuro-psychologique :
La consommation régulière d’une infusion de Romarin à 2% chez l’animal modifie son comportement dans le sens d’une anxiolyse et d’un effet anti-dépresseur (sans altération de la mémoire ou des capacités d’apprentissage). Une action biologique anticholinestérasique a été mise en évidence au niveau hépatique et cérébral (FERLEMI, 2015).

Au point de vue toxicologique :
Les études de toxicologie chez l’animal de laboratoire n’ont pas montré d’effets nocifs avec les extraits (aqueux, éthanoliques, méthanoliques...) de Romarin. Par contre, l’Huile Essentielle de Romarin a pu provoquer des gastro-entérites et des néphrites.
Chez le rat, la dose léthale pour tuer 50% d’une population (DL50) est de 5,5 g/kg, et la dose léthale pour 100% des animaux est de 9 g/kg (FAHIM, 1999).
Surtout, les HE de Romarin à Chémotype « Camphor » (Camphre en proportion de 20% -50% de l’HE) ont pu entrainer des convulsions épileptiformes (BARNES, 2002). Le Camphre est connu comme épileptogène, particulièrement chez le jeune enfant (de moins de 4 ans). A savoir qu’une ingestion de camphre de 0,7 g - 1 g peut être léthale.
En conclusion : les extraits hydro-alcoolique de parties aériennes, ou sous forme de poudre de feuilles de Romarin peuvent être utilisées à des fins thérapeutiques sans réserve. Par contre, l’ingestion d’HE est interdite chez l’enfant ; chez l’adulte, son administration ne peut se faire que sous surveillance médicale, et à posologie précise, réduite. Les chémotypes à camphre ne doivent pas être ingérés, mais utilisés seulement par voie externe, en massages décontracturants, ou en cosmétologie (European Medicines Agency, 2010).

une fleur de Romarin

 3) INDICATIONS THERAPEUTIQUES reconnues du ROMARIN :

=> Stimulant des sécrétions gastriques et biliaires, facilitant la digestion. Il est surtout cholagogue et cholérétique  : augmente la quantité et l’écoulement de la bile, tout en ayant une action antispasmodique sur le sphincter d’Oddi ; ce qui en fait un excellent « draineur du foie et des voies biliaires », comme le CHARDON-MARIE ; il est donc indiqué dans bien des « dyspepsies » soit la « dyspepsie hyposthénique » avec manque d’appétit et « digestion lente » ou en cas de « foie fragile ».
Il est hépatoprotecteur (par action anti-oxydante et stabilisant de la membrane hépatocytaire) ce qui l’indique dans les hépatites toxiques.
Il chélate les métaux lourds et les toxiques chimiques du foie.

=> Toujours en pathologie digestive : il peut être utilisé dans les pathologies ulcéreuses gastriques et coliques ; et comme antispasmodique des fibres lisses, dans la colite spasmodique.

=> Tonique général et nerveux  : c’est un stimulant du système nerveux central (SNC), très indiqué dans l’asthénie, l’épuisement nerveux, la psychasthénie ; il augmente la concentration cérébrale, soutient les capacités intellectuelles, la mémoire, la résistance du SNC (système nerveux central), tout en évitant les céphalées.

=> Antiseptique des voies respiratoires, mucolytique et expectorant : il s’avère utile dans les bronchites ; également anti-infectieux (comme le THYM) de la peau et des muqueuses (leucorrhées).

=> enfin, comme stimulant respiratoire (propriété des composants camphrés)

=> Il est anti-infectieux, anti-staphylococcique ; et mérite (comme l’ORIGAN) d’être conjointement utilisé dans diverses pathologies infectieuses (associé aux antibiotiques quand ceux-ci sont nécessaires). N’oublions pas qu’on avait recours à son action anti-infectieuse pour se protéger de la peste ! Il agit sur les Salmonelles (ce qui explique sûrement son efficacité décrite dans les fièvres typhoïdes). Il est antiviral sur l’Herpès, et sur la réplication du VIH-1 (virus de l’immunodéficience humaine du Sida).
Il est l’un des remèdes précieux indiqués dans la grippe.

=> Il est antinévralgique, décontracturant musculaire, et antirhumatismal léger du fait de propriétés anti-inflammatoires. On l’indique surtout en frictions sur les trajets nerveux douloureux (névralgies, cruralgie, sciatique), et en massages dans les contractures musculaires lombaires, les « claquages » musculaires, les entorses, tendinites, et téno-synovites.

=> Il est tonique cardio-circulatoire , élève légèrement la pression artérielle ; on l’a prescrit dans l’hypotension (avec sensation d’asthénie et de vertiges).

=> Quant à ses indications antitumorales, il est trop tôt pour en vanter une action suffisante chez tous les patients cancéreux ! Toutefois, le nombre de publications récentes positives dont nous avons rapporté les résultats, incite à l’utiliser chez des patients cancéreux fatigués et anorexiques en association avec la radiothérapie et les chimiothérapies.
Le Romarin y jouera son rôle de stimulant de l’appétit, de tonique, et de protecteur hépatique et tissulaire contre la toxicité des produits utilisés. Bien sûr, dans les situations métastatiques (stade IV) ou d’échappement thérapeutique, des cures de Romarin pourront être indiquées parmi les rares thérapies restantes possibles pour le bénéfice du patient.

 USAGE CULINAIRE

- Aromatique, il parfume les viandes, sauces, légumes… Des branches de romarin brûlées servent à fumer les poissons.
- Un vin aromatique se prépare en laissant macérer des rameaux dans du vin rouge.

- Le Miel de Romarin est très parfumé.

 USAGE COSMETIQUE 

- En parfumerie : l’EAU de la REINE de HONGRIE a été remplacée par l’EAU de COLOGNE quand celle-ci fut inventée en 1708 par l’Italien FARINA (elle contient un ensemble d’herbes aromatiques dont le ROMARIN).

 RECOLTE

Les sommités fleuries au printemps (à la floraison précoce de la plante en Février-Mars), puis les feuilles pendant tout l’été.

 EMPLOI MEDICINAL et POSOLOGIE

- L’ INFUSION reste le mode le plus facile : de façon usuelle 4-6 g/24H de rameaux entiers ou en poudre (FRANZ, 2007) ; mais on peut aller jusqu’à 3-4g g de parties aériennes émiettées (soit 1 cuillère-à-soupe de feuilles et fleurs séchées) par tasse x 3 fois/j. Selon l’indication, des cures de plusieurs semaines sont possibles.
Ce mode d’administration est bien toléré, et reste sans danger.

- L’HUILE ESSENTIELLE : l’usage interne est à réserver pour des pathologies infectieuses, hépato-vésiculaires, ou spasmodiques.
On peut recourir :
. à l’HE ROMARIN à CINEOLE : pour les indications infectieuses de la sphère ORL et broncho-pulmonaire. Selon les données actuelles : 1 goutte par prise x 3 fois/j. ou, au maximum, 2 gouttes x 3 fois /j. à diluer dans une cuillère-à-café d’huile végétale d’olive ou de sésame. 
. à l’HE ROMARIN à VERBENONE : pour les indications hépato-vésiculaires et digestives spasmodiques ; par voie interne : posologie d’une goutte x matin et soir, ou au maximum 1 goutte aux 3 repas. ; en cures courtes de 5 à 7 jours.
. à l’HE ROMARIN à CAMPHRE : son usage interne est formellement contrindiqué, à cause du risque d’excitation cérébrale, et d’épilepsie en cas de surdosage. On l’utilise dans les pathologies neuro-musculaires (entorse, claquage musculaires, crampes, contractures...) comme décontracturant, en applications externes : 2 gouttes à diluer dans 10 gouttes d’Huile de sésame : masser doucement.
Contrindications des HE de Romarin :
. femmes enceintes et allaitantes
. enfants (de moins de 12 ans)
. personnes épileptiques

- en TEINTURES MERES : ROSMARINUS OFFICINALIS TM : 30 à 50 gouttes x 3 fois /j par cures de plusieurs semaines comme tonique, digestive, antiseptique et mucolytique bronchique, comme antispasmodique, antinévralgique, ou anti-inflammatoire rhumatismal. Aucune précaution particulière n’est recommandée.

- en AMPOULES BUVABLES : il existe le ROMARINEX CHROME ® où le Romarin est associé au Chardon-Marie et au Pissenlit ; indiqué pour un drainage hépato-biliaire : 1 à 2 ampoules/j.

- en GELULES : d’extraits secs ou de poudre de Romarin : dosées à 240mg ou 290mg ; posologie de 3 à 4 gélules par jour.

- VIN MEDICINAL : laisser macérer 30-50g (jusqu’à 60g selon certaines recettes) de feuilles séchées, pendant 7-10j , filtrer ; en boire 3 à 4 cuillères-à-soupe/j.

- en Bains : pour son effet tonique : 4 cuillères-à-soupe (ou une poignée) de feuilles séchées en infusion concentrée dans 1 litre d’eau bouillante, à verser dans le bain.

- en Applications locales : compresses imprégnées d’infusion concentrée, sur plaies infectées, ulcères ; en Baume au Romarin ou en Liniment opodeldoch pour massages des jointures douloureuses, « claquages musculaires », névralgies.

 PHARMACOPEE FRANCAISE 

Liste A (ansm Juillet 2019)

un Romarin de jardin
à CHENY (89, Yonne)

 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 1) Bibliographie générale

Henri LECLERC « Précis de phytothérapie » p. 174
Paul-Victor FOURNIER « Dictionnaire des Plantes médicinales et vénéneuses de France » 1947, ré-éd. 2010, p. 832-833
L. BEZANGER-BEAUQUESNE, M. PINKAS, M. TORCK, F. TROTIN « Plantes médicinales des régions tempérées » 2° éd. 1990, p. 297-298
Pierre LIEUTAGHI « Le Livre des bonnes herbes » p. 386-397
Jacques FLEURENTIN « Du bon usage des plantes qui soignent » p. 136-137
Michel FAUCON « Traité d’Aromathérapie scientifique et médicale » 2° Ed. 2015, p. 676-685
Loïc GIRRE « Les plantes et les médicaments » p. 143-144
Gérard DUCERF « L’encyclopédie des Plantes bio-indicatrices » Vol2, p.251
Abbaye d’ORVAL « Jardin des plantes médicinales » p. 86-87
BARNES J, ANDERSON LA, PHILLIPSON JD « Herbal Medicines » 3°éd. 2007, p. 508-511

 2) Ouvrages anciens 

PSEUDO-APULEE : in : « Ps.-Apulée, « Herbier », introduction, traduction et commentaire » Archéologie et Préhistoire. Université Paul Valéry-Montpellier III, 2013 (Thése)

Pierandrea MATTHIOLI « Commentaires de M. Pierre André MATTHIOLE médecin senois, sur les six livres de Pédace Dioscoride Anazarbéen, de la matière médicinale » trad. Jean DES MOULINS, Lyon, 1579, chap. LXXIII, p. 465-466

Nicolas LEMERY « Dictionnaire universel des drogues simples » 1760, p. 648-649

François-Victor MERAT, Adrien-Jacques DE LENS « Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale » Bruxelles, 1837, Tome Quatrième, p. 98-99

François-Joseph CAZIN « Traité pratique et raisonné des Plantes médicinales indigènes », Paris, 1868, p. 920-922

 3) Articles scientifiques

(classés par ordre chronologique des plus anciens aux plus récents)
En langue anglaise, le Romarin est appelé « ROSEMARY ».

HOEFLER C, FLEURENTIN J, MORTIER F, PELT JM, GUILLEMAIN J. « Comparative choleretic and hepatoprotective properties of young sprouts and total plant extracts of Rosmarinus officinalis in rats » J. Ethnopharmacol. 1987 Mar-Apr ; 19(2) : 133-43

PARIS A, STRUKELJ B, RENKO M, TURK V, PUKL M, UMEK A, KORANT BD « Inhibitory effect of Carnosic acid on HIV-1 protease in cell-free essays » J. Nat. Prod. 1993 Aug ; 56(8) : 1426-30 (Jozef Stefan Institute, Ljubliana, Slovenia)

OKAMURA N, HARAGUSHI H, HASHIMOTO K, YAGI A. « Flavonoids in Rosmarinus officinalis leaves » Phytochemistry 1994 ; 37(5) ; 1463-66 (Fukuyama University, Hiroshima, Japan)

HARAGUCHI H, SAITO T, OKAMURA N, YAGI A « Inhibition of lipid peroxidation and superoxide generation by diterpenoids from Rosmarinus officinalis » Planta Med. 1995 Aug ; 61(4) : 333-36 (Fukuyama University, Japan)

FAHIM FA, ESMAT AY, FADEL HM, HASSAN KY « Allied studies on the effect of Rosmarinus officinalis L. on experimental hepatotoxicity and mutagenesis » Int. J. Food Sci. Nutr. 1999 Nov ; 50(6) : 413-27 (Ain Shams University, Cairo, Egypt)

AL-SEREITI MR, ABU-AMER KM, SEN P « Pharmacology of rosemary (Rosmarinus officinalis Linn.) and its therapeutic potentials » Indian J. Exp. Biol. 1999 Feb ; 37(2) : 124-130 (Al-Fateh University of Medical Sciences, Tripoli, Libya)

DIAS PC, FOGLIO MA, POSSENTI A, DE CARVALHO JE, « Antiulcerogenic activity of crude hydroalcoholic extract of Rosmarinus officinalis L. » J. Ethnopharmacol. 2000 Jan ; 69(1) : 57-62 (Universidade Estadual de Campinas, Sâo Paulo, Brazil)

SOTELO-FELIX JI, MARTINEZ-FONG D, DE LA TORRE PM « Protective effect of Carnosol on CCL4-induced acute liver damage in rats » Europ. J. Gastroenterol. Hepatol. 2002 Sep ; 14(9) : 1001-06 (Facultad de Medicina Humana, Universidad de Zacatecas, Mexico)

PETERSEN M, SIMMONDS MS « Rosmarinic acid » Phytochemistry 2003 Jan ; 62(2) : 121-5 (Institut für Pharmazeutische Biologie, Universität Marburg, Germany)

KOSAKA K, YOKOI T. « Carnosid acid, a component of rosemary (Rosmarinus officinalis L.) promotes synthesis of nerve growth factor in T98G human glioblastoma cells » Biol. Pharm. Bull. 2003 Nov ; 26(11) : 1620-22 (Tokyo, Japan)

SANTOYO S, CAVERO S, JAIME L, IBANEZ E, SENORANS FJ, REGLERO G. « Chemical composition and antimicrobial activity of Rosmarinus officinalis L. essential oil obtained via supercritical fluid extraction » J. Food Prod. 2005 Apr ; 68(4) : 790-95 (University of Madrid, Spain)

ATTI-SANTOS AC, ROSSATO M, PAULETTI GF, DUARTE-ROTA L, RECH JC, PANSERA MR, AGOSTINI F, ATTI-SERAFINI L, MOYNA P. « Physico-chemical evaluation of Rosmarinus officinalis L. essential oils » Brazil Arch. Biol. Technol. 2005 ; 48(6) : 1035-39 (Universidade de Caxias do Sul, Brazil)

ALMELA L, SANCHEZ-MUNOZ B, FERNANDEZ-LOPEZ JA, ROCA MJ, RABE V. « Liquid chromatgrapic -mass spectometric analysis of phenolics and free radical scavenging activity of rosemary extract from different raw material » J. Chromatogr. A. 2006 Jul ; 1120(1-2) : 221-29 (University of Murcia, Spain)

DJEDDI S, BOUCHENAH N, SETTAR I, SKALTSA HD « Composition and antimicrobial activity of the essential oil of Rosmarinus officinalis from Algeria » Chemistry Natur. Compounds 2007 ; 43(4) : 487-90 (Universities of Blida, Algeria & Athens, Greece)

GONZALEZ-TRUJANO ME, PENA EI, MARTINEZ AL, MORENO J, GUEVARA-FEFER P, DECIGA-CAMPOS M, LOPEZ-MUNOZ FJ. « Evaluation of the antinociceptive effect of Rosmarinus officinalis L. using three different experimental models in rodents » J. Ethnopharmacol. 2007 May ; 111(3) : 476-82 (Instituto Nacional de Psiquiatria & University of Mexico, Mexico)

CHEUNG S, TAI J. « Anti-proliferative and antioxidant properties of Rosemary (Rosmarinus officinalis) » Oncology Reports 2007 ; 17(6) : 1525-31 (University of British Columbia, Canada)

FRANZ CH, BAUER R, CARLE R, TEDESCO D, TUBARO A, ZITTERL-EGLSEER K, and co-work. « Assessment of Plants/Herbs, plant/Herb extracts and their naturally or synthetically produced components as « additives » for use in animal production » CFT/EFSA/FEEDAP/2005/01 ; EFSA Support. Publ. 2007 Aug ; 4(4) : 218-29 (Vienna, Milano, Trieste / Italy and Wien, Graz../Austria)

BOZIN B, MIMICA-DUKIC N, SAMOJILIK I, JOVIN E. « Antimicrobial and antioxidant properties of rosemary and sage (Rosmarinus officinalis L. and Salvia officinalis L., Lamiaceae) essential oils » J. Agric. Food Chem. 2007 Sep ; 55(19) : 7879-85 (University of Novi Sad, Serbia)

LUQMAN S, DWIVEDI GR, DAROKAR MP, KAIRA A, KHANUJA SP,« Potential of rosemary oil to be used in drug-resistant infections » Altern. Ther. Health Med. 2007 Sep-Oct ; 13(5) : 54-9 (Central Institute of Medicinal and Aromatic Plants, Lucknow, India)

POECKEL D, GREINER C, VERHOFF M, RAU O, TAUSCH L, HÖRNIG C, STEINHILBER D, SCHUBERT-ZSILAVECZ M, WERZ O. « Carnosic acid and carnosol potently inhibit human 5-lipoxygenase and suppress pro-inflammatory responses of stimulated human polymorphonuclear leukocytes » Biochem. Pharmacol. 2008 Jul ; 76(1) : 91-7 (University of Tübingen, Germany)

MARTINEZ AL, GONZALEZ-TRUJANO ME, PELLICER F, LOPEZ-MUNOZ FT, NAVARRETE A. « Antinociceptive effect and GC/MS analysis of Rosmarinus officinalis L. essential oil from its aerial parts » Planta Med. 2009 Apr ; 75(5) : 508-11 (Instituto Nacional de Psiquiatria & University of Mexico, Mexico)

DIAS RC, FOGLIO MA, POSSENTI A, DE CARVALHO JE « Antiulcerogenic activity of crude hydroalcoholic extract of Rosmarinus officinalis L. » J. Ethnopharmacol. 2000 ; 69(1) : 57-62 (Universidade Estadual de Campinas, Sâo Paulo, Brazil)

YESIL-CELIKTAS O, SEVIMLI C, BEDIR E, VARDAR-SUKAN F. « Inhibitory effects of rosmary extracts, carnosic acid and rosmarinic acid on the growth of various human cancer lines » Plants Food Hum. Nutr. 2010 ; 65(2) : 158-63 (Ege University, Izmir, Turkey)

BUSTANJI Y, ISSA A, MOHAMMAD M, HUDAIB M, TAWAH K, ALKHATIB H, ALMASRI I, AL-KHALIDI B. « Inhibition of hormone sensitive lipase and pancreatic lipase by Rosmarinus officinalis extract and selected phenolic constituents » J. Med. Plants Res. 2010 ; 4(21) : 2235-42 (University of Jordan, Amman, Jordan & AL-Azhar University, Gaza)

EUROPEAN MEDECINES AGENCY « Assessment Report on Rosmarinus officinalis L., aetheroleum and Rosmarinus officinalis L. , folium » 15 July 2010, EMA/HMPC/13631/2009

BERNARDES WA, LUCARINI R, TOZATTI MG, SOUZA MG, SILVA ML, FILHO AA, MARTINS CH, CROTTI AE, PAULETTI PM, GROPPO M, CUNHA WR « Antimicrobial activity of Rosmarinus officinalis against oral pathogens : relevance of carnosic acid and carnosol » Chem. Biodivers. 2010 July ; 7(7) : 185-40 (Universidade de Franca, Brazil) a

BERNARDES WA, LUCARINI R, TOZATTI MG, FLAUZINO LG, SOUZA MG, TURATTI IC, ANDRADE E SILVA ML, MARTINS CH, DA SILVA FILHO AA, CUNHA WR « Antibacterial activity of the essential oil from Rosmarinus officinalis and its major components against oral pathogens » Z. Naturforsch C. 2010 Sep-Oct ; 65(9-10) : 588-93 (Universidade de Franca, Brazil) b

ZAOUALI Y, BOUZAINE T, BOUSSAID M « Essential oils composition of two Rosmarinus officinalis L. varieties and incidence for antimicrobial and antioxidant activities » Food Chem. Tox. 2010 Nov ; 48(11) : 3144-52 (Department of Biology, Tunis, Tunisia)

MANOHARAM S, VASANTHASELVAN M, SILVAN S, BASKARAN N, KUMAR SINGH A, VINOTH KUMAR V. « Carnosic acid : a potent chemopreventive agent against oral carcinogenesis » Chem. Biol. Interact. 2010 Dec ; 188(3) : 616-22 (Annamalai University, Cuddalore, Tamil Nadu, India)

MINAIYAN M, GHANNADI AR, AFSHARIPOUR M, MAHZOUNI P. « Effects of extract and essential oil of Rosmarinus Officinalis L. on TNBS-induced colitis in rats » Res. Pharm. Sci. 2011 Jan ; 6(1) : 13-21 (Isfahan University of Medical Sciences, Isfahan, Iran)

AL-JAMAL AR, ALQADI T. « Effects of rosemary (Rosmarinus officinalis) on lipid profile of diabetic rats » Jordan J. Biol. SCI. 2011 ; 4(4) : 199-204 (Zarqa University, Jordan & Umm Al Qura University, Saudi Arabia)

TSAI CW, LIN CY, LIN HH, CHEN JH « Carnosic acid, a rosemary phenolic compound, induces apoptosis through reactive oxygen species-mediated p38 activation in human neuroblastom IMR-32 cells » Neurochem. Res. 2011 Dec ; 36(12) : 2442-51 (China Medical University, Taiwan)

DUGGAL J, HARRISSON JS, STUDZINSKI GP, WANG X. « Involvement of microRNA181a in differentiation and cell cycle arrest induced by a plant-derived antioxidant carnosic acid and vitamine D analog dexercalciferol in human leukemia cells » Microma 2012 ; 1(1) : 26-33 (New Jersey Medical School, Newark, USA)

KAR, S, PALIT S, BALL WB, DAS PK « Carnosic acid modulates Akt/IKK/NF-KB signaling by PP2A and induces intrinsic and extrinsic pathway mediated apoptosis in human prostate carcinoma PC-3 cells » Apoptosis Int. J. Program. Cell Death 2012 ; 17 : 735-47 (Indian Institute of Chemical Biology, Kolkata, India)

TAI J, CHEUNG S, WU M, HASMAN D. « Antiproliferative effect of Rosemary (Rosmarinus officinalis) on human ovarian cancer cells in vitro » Phytomedicine 2012 Mar ; 19(5) : 436-43 (University of British Columbia, Canada)

ISSABEAGLOO E, KERMANIZADEH P, TAGHIZADIEH M, FORUGHI RT « Antimicrobial effects of rosemary (Rosmarinus officinalis L.) essential oil against staphylococcus spp. » African J. Microbiol. Res. 2012 ; 6(23) : 5039-42 (Azad University, Tazbriz, Iran)

HOU CW, LIN YT, CHEN YL, WANG YH, CHOU JL, PING LY, JENG KC. « Neuroprotective effects of Carnosic acid on neuronal cells under ischemie and hypoxic stress » Nutr. Neurosci. 2012 Nov ; 15(6) : 257-63 (Yuanpei University, Taiwan)

VALDES A, GARCIA-CANAS V, ROCAMORA-REVERTE L, GOMEZ-MARTINEZ A, FERRAGUT JA, CIFUENTES A. « Effect of rosemary polyphenols on human colon cancer cells : transcriptomic profiling and functional enrichement analysis » Genes Nutr. 2013 Jan ; 8(1) : 43-60 (Laboratory of Foodomics, Madrid & Universidad of Alicante, Spain)

RAMADAN KS, KHALIL OA, DANIAL EN, ALNAHDI HS, AYAS NO « Hypoglycemic and hepatoprotective activity of Rosmarinus officinalis extract in diabetic rats » J. Physiol. Biochem. 2013 Dec ; 69(4) : 779-83 (King Abdulaziz University, Jeddah, Saudi Arabia)

OZAROWSKI M, MIKOLAJCZAK PL, BOGACZ A, GRYZCZYNSKA A, KUJAWSKA M, JODYNIS-LIEBERT J, NAPIECZYNSKA H, SZULC M, KUJAWSKI R, BARTKOWLAK-WIECZOREK J, CICHOCKA J, BOBKIEWICZ-KOZLOWSKA T, CZERNY B, MROZIKIEWICZ PM. « Rosmarinus officinalis L. leaf extract improves memory impairment and affects acetylcholinesterase activities in rat brain » Fitoterapia 2013 Dec ; 91 : 261-71 (University of Poznan, Poland)

BORRAS-LINARES I, STOJANOVIC Z, QUIRANTES-PINE R, ARRAEZ-ROMAN D, SVARC-GAJIC J, FERNANDEZ-GUTIERREZ A, SEGURA-CARRETERO A. « Rosmarinus officinalis leaves as a natural source of biocompounds » Int. J. Mol. Sci. 2014 ; 15 : 20585-606 (University of Granada, Spain & University of Novi Sad, Serbia)

LABBAN L, MUSTAPHA U.E-S, IBRAHIM YM « The effect of Rosemary (Rosmarinus offiocinalis) leaves powder on glucose level, lipid profile and lipid perodoxation » Int. J. Clin. Med. 2014 ; 5(6) : 297-304 (University of Kalamoon, Damascus, Syria & University Ain Shams, Cairo, Egypt)

GONZALEZ-VALLINAS M, MOLINA S, VICENTE G, SANCHEZ-MARTINEZ R, VARGAS T, GARCIA-RISCO MR, FORNARI T, REGLERO G, RAMIREZ DE MOLINA A. « Modulation of estrogen and epidermal growth factor receptors by rosemary extract in breast cancer cells » Electrophoresis 2014 Jun ; 35(11) : 1719-27 (IMDEA-Food Institute, Madrid, Spain) a

GONZALEZ-VALLINAS M, MOLINA S, VICENTE G, ZARZA W, MARTIN-HERNANDEZ R, GARCIA-RISCO MR, FORNARI T, REGLERO G, DE MOLINA AR « Expression of MicroRNA-15b and the glycosyltransferase GCNT3 correlates with antitumor efficacy of Rosemary Diterpenes in colon and pancreatic cancer » PLoS One 2014 ;9e98556 (IMDEA-Food, Madrid, Spain) b

RASKOVIC A, MILANOVIC I, PAVLOVIC N, CEBOVIC T, VUKMIROVIC S, MIKOV M. « Antioxidant activity of Rosemary (Rosmarinus officinalis L.) essential oil and its hepatoprotective potential » BMC Complement. Altern. Med. 2014 Jul ; 14 : 225 (University of Novi Sad, Serbia)

WU CR, TSAI CW, CHANG SW, LIN CY, HUANG LC, TSAI CW « Carnosic acid protects against 6-hydroxydopamine-induced neurotoxicity in in vivo and in vitro model of Parkinson’s disease : involvement of antioxidative enzymes induction » Chem. Biol. Interract. 2015 Jan ; 225 : 40-6 (China Medical University, Taichung, Taiwan)

GAO Q, LIU H, YAO Y, GENG L, ZHANG X, JIANG L, SHI B, YANG F. « Carnosic acid induces autophagic cell death through inhibition of the Akt/mTOR pathway in human hepatoma cells » J. Appl. Toxicol. 2015 May ; 35(5) : 485-92 (Cancer Hospital of Zhengzhou University, China)

CATTANEO L, CICCONI R, MIGNOGNA G, GIORGI A, MATTEI M, GRAZIANI G, FERRACANE R, GROSSO A, ADUCCI P, SCHININA ME, MARRA M. « Anti-proliferative effect of Rosmarinus officinalis L. extract on human melanoma A375 cells » PLoS One 2015 Jul ; 10(7):e0132439 (University of Tor Vergata, Roma, Italy)

FERLEMI AV, KATSIKOUDI A, KONTOGIANNI VG, KELLICI TF, IATROU G, LAMARI FN, TSAKOS AG, MARGARITY M. « Rosemary tea consumption results to anxiolytic- and anti-depressant-like behavior of adult male mice and inhibits all cerebral area and liver cholinesterase activity ; phytochemical investigation and in silico studies » Chem. Biol. Interact. 2015 ; 237 : 47-57 (Universities of Patras, Ioannina and Athens, Greece)

GONZALEZ-VALLINAS M, REGLERO G, RAMIREZ DE MOLINA A. « Rosemary (Rosmarinus officinalis L.) extract as a potential complementary agent in anticancer therapy » Nutr. Cancer 2015 ; 67(8) : 1221-29 (IMDEA Food, Institute of Food Science research, Madrid, Spain)

HABTEMARIAM S. « The therapeutic potential of Rosemary (Rosmarinus officinalis) diterpens for Alzheimer’s Disease » Evidence based Complement. Altern. Med. 2016 ; online 2016 Jan 28 ; doi:10.1155/2016/2680409 (Pharmacology Research Laboratories & Herbal Analysis, Chatham-Maritime, UK)

DI CESARE MANNELLI L, MICHELI L, MARESCA M, CRAVOTTO G, BELLUMORI M, INNOCENTI M, MULINACCI N, GHELARDINI C. « Anti-neuropathic effects of Rosmarinus officinalis L. terpenoid fraction : relevance of nicotinic receptors » Sci. Rep. 2016 Oct ; 6 : 34832 (Universities of Florence & Turin, Italy)

MOORE J, YOUSSEF M, TSIANI E « Anticancer effects of Rosemary (Rosmarinus officinalis L.) extract and Rosemary extract Polyphénols » Nutrients 2016 Nov ; 8(11) : (Brock University, St Catharines, Canada)

GHAZEMZADEH RAHBARDAR M, AMIN B, MEHRI S, MIRNAJAFI-ZADEH SJ, HOSSEINZADEH H. « Anti-inflammatory effects of ethanolic extract of Rosmarinus officinalis L. and rosmarinic acid in a rat model of neuropathic pain » Biomed Pharmather. 2017 Feb ; 86 : 441-49 (Universities of Sabzevar, Mashhad, and Tehran Iran)

KARIMI N, RASHEDI J, MAHDAVI POOR B, ARABI J, GHORBANI M, TAHMASE BPOUR N, ASGHARZADEH M « Cytotoxic effect ofRosemary extract on gastric adenocarcinoma (AGS) and esophageal squamous cell carcinoma (KYSE30) celle lines » Gastroenterol. Hepatol. Bed Bench 2017 : 10(2) : 102-07 (Universities of Ardabil, Tabriz, Tehran, Sari, Hamadan, Iran)

HAN J, WANG GD, YE L, LI P, HAO W, CHEN X, MA J, WANG B, SHANG J, LI D, ZHENG Q « Rosmarinic acid protects against inflammation and cardiomyocyte apoptosis during myocardial ischemia/reperfusion injury by activating peroxisome proliferator-activated receptor gamma » Front Pharm. 2017 Jul ; 8 : 456 (Universities of Yantai, Nanjing, Taigu, and Shihezi, China)

NAIMI M, VLAVCHESKI F, SHAMSHOUM H, TSIANI E. « Rosemary extract as a potential anti-hyperglycemic agent : current evidence and future perspectives » Nutrients 2017 Sep ; 9(9) : 968 (Brock University, St Catharines, Canada)

JARDAK M, ELLOUMI-MSEDDI J, AIHAI S, MNIF S. « Chemical composition, anti-biofilm activity, and potential cytotoxic effect on cancer cells of Rosmarinus officinalis L. essential oil from Tunisia » Lipids Health Dis. 2017 Oct ; 16(1) : 190 (Centre of Biotechnology of Sfax, Tunisia)

 WEBOGRAPHIE 

www.espritsante.com
www.complements-alimentaires.co
www.phytomania.com
https://www.altheaprovence.com/blog/romarin-rosmarinus-officinalis/
https://www.compagnie-des-sens.fr/différences-huiles-essentielles-romarins/


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 643 / 41700

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site MONOGRAPHIES   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License