BIENFAITS des PLANTES MEDICINALES

SERPOLET

mercredi 7 février 2018 par Dr Dom COQUERET

THYM SERPOLET

Thymus serpyllum L.

un tapis de Serpolet dans une clairière
au-dessus de VAUX (89, Yonne)

 Noms vernaculaires :

Serpolet, « Thym sauvage », Serpoule
L’étymologie est très ancienne : du latin « serpo-serpere » ramper, d’où dérivait « serpullum » donné aux variétés de thyms rampants. A l’origine : du grec « ερπω » (erpo) ramper, serpenter. La racine linguistique est la même que celle du serpent.

 BOTANIQUE 

Famille des Lamiacées (Labiées)

Le Serpolet est une petite plante vivace, à tiges rampantes prostrées, puis redressées ; à feuilles petites et ovales ; à calice cilié à la gorge ; à fleurs bilabiées mauves pâles ou purpurines, en glomérules arrondis ; à 4 étamines saillantes.
Il est légèrement aromatique, d’odeur plus suave que le thym, mais de saveur âcre. Le Serpolet est très mellifère.

 HABITAT

Le Serpolet pousse en terrain sableux ou sur sols calcaires, sur des affleurements rocheux, sur des landes sèches ou des friches, ainsi que sur les talus ensoleillés, en bordures des champs, dans des clairières.
Il se contente de sols pauvres en humus, ou d’absence de sol avec un faible pouvoir de rétention de l’eau.
Son aire s’étend de l’Europe à l’Asie occidentale, jusqu’aux contreforts de l’Himalaya. Il s’est acclimaté à des régions septentrionales plus froides que celles des thyms méditerranéens, puisqu’on en trouve jusque dans les Pays Baltes, et en Russie jusqu’en Sibérie.
En Europe tempérée, il aime pousser en altitude, en zones d’alpages jusqu’à 3000m, dans les Alpes et le Massif central comme sur le plateau d’Aubrac et les Monts Lozère.

 USAGE MEDICINAL 

 1) Historique et usages traditionnels 

Depuis l’Antiquité, il a été utilisé de la même façon que le THYM, comme stimulant de la force (en grec : θυμος thumos = énergie, courage, force vitale ; d’où dérive « thymus » et « thymie »). DIOSCORIDE le recommandait. On rapporte que les Romains donnaient du Thym comme souverain remède aux personnes mélancoliques (GRIEVE, 1931).

Les Gaulois l’utilisèrent de façon certaine comme plante médicinale, sous le nom de « gilaros » (ou « gilarus ») ; car la plante est citée par MARCELLUS EMPIRICUS, originaire de Bordeaux, dans son « De medicamentis », un traité d’usage des plantes datant de l’antiquité tardive (IV° siècle). (Pierre LOUARN).

Le PSEUDO-APULEE, dans son « Herbarius » daté du IV° siècle, cite le Serpolet pour deux indications : le mal de tête (du jus de serpolet pressé avec de l’huile et du sel, et réduit en poudre, était appliqué en frictions sur la tête ; ou bien écrasé et cuit dans du vinaigre, était enduit sur le front et les tempes) ; ainsi que pour les brûlures (où le serpolet était écrasé et mélangé avec de l’orcanette, de la rose et de l’ « écume d’argent », le tout cuit dans de la cire punique et de la graisse).

HILDEGARDE de BINGEN fut abbesse du monastère de Ruppertsberg en Rhénanie au XII° sciècle ; mystique, elle reçut au cours de visions des enseignements sur la façon de soigner l’homme. Elle décrivit environ 300 plantes dans son « Liber de Plantis » (ou Livre des Plantes) qui fait partie du « Livre des Subtilités des Créatures Divines ». Sur le Serpolet, elle écrit : « Celui qui a les chairs malades, au point que celles-ci démangent comme la gale, qu’il prenne du serpolet et le mange souvent avec de la viande ou cuit dans des légumes, et ses chairs seront soignées de l’intérieur et guériront » (Dr Wighard STREHLOW, Marthe MENSAH).

« DE MATERIA MEDICA » de DIOSCORIDE
Trad. espagnol Andrès LAGUNA
éd. Juan LACIO, Anvers, 1555
(Bibliothèque Nationale d’Espagne)

Une histoire qui mérite d’être narrée est celle du « Diacalamentum  », un remède composé de plantes « simples », appelé aussi « antidotaire », qui était pris l’hiver pour se prémunir contre les maladies provoquées par le froid. C’était un remède simple et peu coûteux préparé avec du Serpolet et des plantes locales cultivées dans les « hortuli » ou jardins des monastères. WIBALD (1098-1158), abbé du monastère de Stavelot (dans le diocèse de Liège, en Belgique), était devenu abbé du Mont Cassin en 1137 dans le Sud de l’Italie, à l’époque où l’Ecole de Salerne, toute proche, était à son apogée. Il écrivit une lettre datée de 1147 : « Nous vous avons envoyé un antidote contre le froid de l’hiver. Ce sera du « Diacalamentis » qui, malgré son prix peu élevé, est cependant aussi efficace que le Diamargariton, comme l’affirme notre Ardenne démunie ».

Le Diamargariton était un remède composé complexe à base de perles pilées et d’ingrédients fort chers et difficiles à préparer. Tandis que le Diacalamentum était un remède connu depuis GALIEN (ce médecin grec de Pergame, en Asie Mineure, venu exercer à Rome au 2° siècle) beaucoup plus facile à préparer. Il était composé principalement de Calament (appelé à l’époque Calamintha nepeta, puis Nepeta cataria, l’Herbe-à-chat), d’un autre Calament Satureja calamintha (ou Calamintha clinopode, qui est la Sarriette commune) ; de Serpolet, de Pouliot, de Persil, de Céleri, de Livèche, de Cumin des prés et de Fenouil bâtard.
Il était réputé contre toutes les maladies des poumons causées par des refroidissements, surtout chez les vieillards, et pour son effet contre la toux (OPSOMER et HALLEUX).

Au XVI° siècle, Pierandrea MATTHIOLI, un médecin et botaniste italien, de Sienne, dit qu’il existe un serpolet sauvage qui croît dans les montagnes, différent du « Zigis » (qui est en fait une variété de thym). « Le serpolet est nommé ainsi à serpendo, c’est-à-dire parce qu’il est trainant par terre ». « Le serpolet échauffe tant qu’il provoque les menstrues, et les urines ; il est aussi fort âcre au goût » .

Claude-François PASSERAT de la CHAPELLE, dans son « Recueil des drogues simples » de 1753, dit du Serpolet : « Il accélère le mouvement du sang. Il convient dans les pesanteurs et douleurs de tête occasionnées par la grossièreté des humeurs. On s’en sert en infusion ou en décoction, comme céphalique, anti-hystérique, et stomachal ».

Nicolas LEMERY, apothicaire à Paris sous Louis XIV, donne l’étymologie de Serpyllum : « de « Serpo », parce que cette plante rampe sur la terre ».
« Elle contient beaucoup d’huile à demi-exaltée et de sel volatil ».
« Elle est apéritive, céphalique, hystérique, stomacale ; elle résiste au venin ; elle excite les mois aux femmes et l’urine ; elle est propre pour l’épilepsie, pour les vertiges ».

MERAT de VAUMARTOISE au XIX° siècle, nous apprend qu’à cause de sa saveur âcre, les lapins et les moutons le délaissent (contrairement à ce qu’il en était raconté). « Cette plante labiée a toutes les propriétés de celles de cette famille ; elle est excitante, tonique, anti-spasmodique, céphalique, etc. Les médications qu’elle produit sont utiles dans certains dérangements de l’estomac, quelques névroses, pour provoquer l’action des reins, remédier à l’hypochondrie, la mélancolie, faciliter surtout l’expectoration chez les sujets pris de catarrhe chronique, les vieillards, favoriser l’écoulement menstruel, combattre l’anasarque, la cachexie, la chlorose, l’atonie générale, etc ».
Il ajoute que LINNE (le grand botaniste suédois) employait son infusion théiforme pour dissiper l’ivresse et la céphalée qui en est la suite ; qu’on en faisait des bains aromatiques ; et que sa décoction fournit une lotion contre la gale.

François-Joseph CAZIN, fut médecin de campagne et phytothérapeute dans le Nord de la France au XIX° siècle. En campagne, il l’a beaucoup recommandé. « Cette plante d’une saveur amère et d’une odeur agréable, est aromatique, excitante, tonique, carminative, etc. On l’emploie dans la dyspepsie, les flatuosités, l’aménorrhée par atonie. Je l’ai vu donner avec avantage en infusion aqueuse miellée dans l’asthme humide, les catarrhes chroniques, la coqueluche, comme l’hysope, le lierre terrestre et d’autres plantes du même genre.
CAPURON conseille cette infusion contre la coqueluche.
(JOSET a renouvelé ce mode de traitement avec tant de succès qu’il est tout près de considérer cette labiée comme le spécifique des affections spasmodiques et convulsives des voies aériennes.)
J’ai vu des gastralgies se dissiper par la seule infusion de cette plante prise en guise de thé. Elle convient dans tous les cas où il y a relâchement, débilité, nécessité de solliciter l’action de la peau, d’augmenter les sécrétions ; c’est un remède populaire contre les flueurs blanches ».
« LINNE attribue au serpolet donné en infusion la propriété de dissiper l’ivresse et la céphalalgie qu’elle cause.
CAMPEGIUS compare cette plante au musc, et en recommande le suc contre l’hémoptysie et la décoction pour tuer les vers et exciter les règles. Son huile essentielle est excitante, antispasmodique, emménagogue (6 à 10 gouttes). Les bains préparés avec cette plante, comme avec toutes les plantes aromatiques, sont utiles dans la faiblesse générale, les rhumatismes chroniques, les scrofules, le rachitis, la paralysie, etc.
Sa décoction est employée en lotion contre la gale ».
Il cite encore l’emploi qui consiste à « arrêter une hémorragie nasale...en introduisant dans le nez de la poudre de serpolet ».

Henri LECLERC, au début du XX° siècle, décrit l’action des essences de Thym et de Serpolet comme comparable (cf. THYM) ; une action notamment marquée par « une augmentation des forces physiques, par le relèvement du moral, par le réveil des fonctions digestives ».
Quant à ce qui est plus spécifique au Serpolet : « TROTULA et, plus tard, BOERHAAVE recommandaient le Serpolet contre la toux convulsive invétérée des enfants, c’est-à-dire la coqueluche ».

L’Abbé FOURNIER répète en 1947 les propriétés et indications énoncées par ses prédécesseurs : « Le Serpolet est stimulant, tonique, stomachique, expectorant, légèrement diurétique, antispasmodique, emménagogue, légèrement vermifuge, antiseptique, astringent et sédatif. Il réveille les fonctions digestives, surtout chez les nerveux et les affaiblis, dissipe parfois des gastralgies prononcées et des dyspepsies. Il s’emploie également contre la flatulence. Son infusion...fait merveille dans toutes les affections spasmodiques et convulsives des voies respiratoires, la grippe, la coqueluche, la toux, l’asthme humide et le catarrhe chronique. Son action astringente se manifeste contre l’hémoptysie, les hémorragies utérines, la leucorrhée, et à l’extérieur, en poudre, contre l’épistaxis, même rebelle ».
Il cite divers médecins qui l’ont utilisé dans les maladies infectieuses de l’intestin, des reins et de la vessie ; dans les obstructions du foie et la congestion de la rate ; dans les vers intestinaux ; les spasmes de l’oesophage ou de l’intestin...
« Dans l’usage populaire, le Serpolet s’emploie couramment contre les maux de tête, les migraines, les vertiges et les malaises ».
« L’essence de Serpolet se prend à la dose de 5 à 6 gouttes sur un morceau de sucre contre la faiblesse nerveuse, les maux de tête, les migraines, et les malaises. Elle s’emploie également en frictions...contre le rhumatisme, la goutte et la sciatique ».

Serpolet dans les Monts d’Aubrac,
à une altitude de 1180m (48, NASBINALS)

 2) Composition & Pharmacologie 

Il contient une Huile essentielle riche en terpènes.
Contrairement aux Thyms dont la composition renferme majoritairement du Thymol et du Carvacrol, le Serplet renferme plus de terpènes que de phénols. Michel FAUCON, un aromathérapeute, en détaille la composition :
Le rendement en HE est faible : entre 0,15% et 0,60%.
- Monoterpènes : environ 52%, dont :
p-Cymène
γ-Terpinène
α-Pinène
- Phénols : environ 30%, dont :
Thymol 6%
Carvacrol 6%
- Monoterpénols : environ 23%, dont :
Linalol
Bornéol
Géraniol
α-Terpinéol
Terpinène-1-ol-4 (FAUCON, 2015)

Un exemple de ce type de profil chimique de Serpolet est donné par des spécimens récoltés en Iran à 2 périodes du cycle floral : avant floraison et en pleine floraison (SEFIDKON, 2004) : respectivement :
γ-Terpinène 21,9% et 22,7%
p-Cymène 21,1% et 20,7%
Thymol 18,7% et 18,7%
Germacrène D 6,0% et 5,1%

L’aire du Serpolet s’étend jusque dans le Nord de l’Europe et en Russie.
L’analyse de divers spécimens collectés en Estonie a montré une prépondérance flagrante du (E)-Nérolidol (entre 20% et 70%) chez une majorité de plants, secondé soit par le Caryophyllène oxide (de 10% à 45%), soit par le Myrcène (environ 8% à 20%). Certains échantillons isolés pouvaient contenir de l’acétate de Géranyl (jusqu’à 46,4%), ou de l’acétate de Linalyl (jusqu’à 31,4%), ou encore du Géraniol (jusqu’à 30,3%). Par contre, les taux de Thymol étaient bas (<2,9%) ainsi que ceux de Carvacrol (< 3,5%) (RAAL, 2004).

Dans ces pays Baltes, le rendement en HE était faible de 0,6 à 4,4 ml Kg (soit 0,06% à 0,4%). Une analyse de spécimens variés récoltés en Estonie permet de définir des biotypes chimiques différents selon le principal composé (PAAVER, 2008) :
. à (E)-Nérolidol
. à Caryophyllène oxide
. à Myrcène
. à Bornéol
D’autres échantillons récoltés en Lettonie, en Russie, et en Arménie, à titre comparatif, montraient de grandes variabilités.

Toujours pour rester avec les Serpolets du Nord, l’analyse de spécimens collectés en Lithuanie permettait d’établir 5 chémotypes définis (LOZIONE, 2006) :
à 1,8-Cinéole
à Germacrène B
à (E)- β-Ocimène
à α-Cadinol
à cis-p-Menth-2-en-1-ol
mais même en tenant compte des variétés botaniques à l’intérieur de la sous-espèce de Thymus serpyllum ssp serpyllum, aucune corrélation n’a pu être formellement établie entre un profil chimique particulier et l’une ou l’autre des variétés serpyllum, lineatus, rigidus...

Par contre, à travers le monde, d’autres Serpolets ont des compositions chimiques proches des Thyms à Thymol/Carvacrol !
Ainsi chez des Serpolets récoltés dans le Nord du Kazakhstan (KIRILLOV, 2016) :
Thymol 5,11% - 58,25%
Carvacrol 1,22% - 55,85%
p-Cymène 1,28% - 25,46%
γ-Terpinène 1,37% - 16,52%
α-Terpinène 0,84% - 1,94%
Toutefois, un spécimen récolté dans cette région dépareillait par sa composition originale :
trans-Géraniol 55,93%
Lavandulyl acétate 28,51%
Nérol 2,76%
E-Citral 2,58%

Un Thym serpolet cultivé dans l’Himalaya est bien à chémotype-Thymol (VARGA, 2009) :
Thymol 58,8%
p-Cymène 5,7%
Thymol méthyl éther 4,0%
Bornéol 3,8%
Sabinène 3,4%
γ-Terpinène 3,4%
Carvacrol méthyl éther 3,2%

Cultivé sur des terrasses dans l’Himalaya, à 1250 m d’altitude, il a fait l’objet d’études pour connaître les variations de la teneur des composants au cours des saisons. Ainsi le rendement en HE varie de 0,07% à 0,28%, le taux le plus bas étant en hiver, et le plus haut pendant l’été.
La composition de ce Serpolet cultivé était aussi à chémotype-Thymol, avec esentiellement des monoterpènes oxygénés (51,3% à 77,2%) :
Thymol 19,4% - 60,1%
γ-Terpinène 0,3% - 13,8%
p-Cymène 3,5% - 10,4%
Le taux maximal de Thymol était obtenu en automne (jusqu’à 60%), puis il décroissait pendant l’hiver.
A contrario, les taux de p-Cymène et de γ-Terpinène, précurseurs du Thymol, étaient respectivement les plus élevés (10,4%) en hiver pour le premier, et (13,8%) au printemps pour le second.
La meilleure saison de récolte du Serpolet est donc pendant la période estivale (VERMA, 2011).

Au Lorestan (Iran occidental), dans les montagnes du Zagros, un Thym serpolet a même pour principal constituant du Carvacrol (SFAEI-GHOMI, 2009) :
Carvacrol 14,94%
α-Pinène 12,20%
Thymol 7,39%
p-Cymène 2,54%

En Poméranie (Pologne), voici également des échantillons de Serpolet à Carvacrol (WESOLOWSKA, 2014) :
Carvacrol 42,81% - 45,24%
γ -Terpinène 7,68% - 9,04%
β-Caryophyllène 5,28% - 9,10%
β-Bisabolène 5,76% - 6,91%
Carvacrol méthyl ether 4,92% - 6,09%

De même, au Cachemire dans la vallée de Gilgit (à 1500 m d’altitude), une variété de Thym serpolet est à haute teneur en Carvacrol (HUSSAIN, 2013) :
Carvacrol 44,4%
O-Cymène 14,0%

L’altitude modifie la composition chimique des Serpolets, ou favorise l’adaptation de sous-espèces différentes. Ainsi en Sibérie, sur les pentes des Monts Altai (BANAEVA, 1998) :
. un Serpolet poussant à 150 m d’altitude avait pour composants :
(E)-Nérolidol 29,8%
1,8-Cinéole 14,0%
cis- β-Terpinéol 8,2%
Camphor 4,0%
β-Myrcène 4,0%
. alors qu’un autre poussant entre 500 et 750 m d’altitude avait des composants tout différents :
Carvacrol 29,6%
γ-Terpinène 17,2%
p-Cymol 14,5%
1,8-Cinéole 5,6%
Chez ces 2 Thyms serpolet sibériens, le taux de Thymol état bas (<2%).

- On peut obtenir aussi des extraits hydro-alcoolique ou méthanolique de Serpolet, contenant :
. des Flavonoïdes
. parmi les triterpènes, le 3- β-hydroxyolean-12-en-28-oic acid (apparenté à l’acide oléanolique et à l’acide ursololique), l’un des principaux constituants de la plante, est un puissant anti-HIV (AZIZ, 2008).

une touffe de Serpolet chauffée au soleil
entre deux rochers granitiques
au lieu-dit « l’Hôpital » (48, PONT de MONVERT)

Les propriétés pharmacologiques du Serpolet sont dignes d’intérêt :
Comme celle du Thym, l’HE de Serpolet contient des substances antioxydantes (KULISIC, 2005).

Le Serpolet a des propriétés antibactériennes (RAOOLI, 2002).
Un Thym serpolet cultivé dans le Jardin Médicinal de l’Université Târgu Mures (en Roumanie) avait pour principaux constituants de son HE :
Carvacrol 25,8%
p-Cymène 25,0%
Méthyl carvacrol éther 11,1%
1,8-Cinéole 9,5%
Cette HE était antibactérienne sur Pseudomonas aeruginosa (une bactérie virulente responsable de surinfections), Listeria innocua, et Streptococcus pyogenes (VARGA, 2015).

Dans une étude comparative avec d’autres espèces de Thyms (algeriensis du Maghreb, et vulgaris), une HE de Thym serpolet originaire de Grèce possédait un taux élevé de Monoterpènes oxygénés (54,99%), dont :
Thymol 56,02%
Carvacrol 14,00%
p-Cymène 6,27% (NOKOLIC, 2014).
Ce thym serpolet s’est avéré le plus antibactérien, exerçant même une activité bactéricide supérieure aux antibiotiques testés.
Il avait le plus grand pouvoir anti-radicalaire (EC50 : 0,96 μg/mL).
Par ailleurs, il est aussi antifongique, notamment sur les Candida : équivalent sur le Candica albicans, et le tropicalis, au Fluconazole (un anti-mycosique imidazolé de référence), mais plus actif que ce Fluconazole sur les souches de Candida krusei et glabrata (NOKOLIC, 2014).

L’HE de Thym serpolet possède encore un pouvoir antitumoral in vitro sur plusieurs lignées cellulaires (cancer du poumon, du sein, du col utérin, de l’estomac, et du colon) avec des index d’inhibition de croissance GI50 entre 7,02 et 52,69 μg/ML. Par contre, l’HE ne présente aucune toxicité sur les cellules saines au-dessous d’une posologie de 400 μg/mL (la plus haute administrée dans les expérimentations) (NOKOLIC, 2014).

Le Serpolet à chémotype-Carvacrol possède les propriétés pharmacologiques émanant de celui-ci. Le Carvacrol est un phénol monoterpénique connu pour ses multiples propriétés : antimicrobienne, anti-inflammatoire, cytostatique, antiparasitaire, analgésique et antispasmodique ; il est anti-oxydant et par ce biais présente des actions hypoglycémiantes et hypocholestérolémiantes. Le Carvacrol à la dose de 100mg/kg possède, expérimentalement chez le rat, une action antinociceptive très significative : son action antalgique est même supérieure à celle de l’Indométacine, un anti-inflammatoire non-stéroïdien de référence (MILOVANOVIC, 2016).

Le Thymol, comme nous l’avons vu, n’est pas le composant habituellement majoritaire chez le Serpolet, mais il peut l’être chez certaines variétés. C’est un phénol monoterpénique, présent surtout chez les genres Thymus, Origanum, et Satureja. Il est antioxydant, antiseptique, antibactérien et antifongique (Candida albicans) ; antispasmodique trachéo-bronchique et antitussif, anti-inflammatoire et analgésique, antihyperlipidémique (il améliore le HDL et abaisse le LDL), et antitumoral (NAGOOR MEERAN, 2017) ; il est encore antiviral (actif sur l’Herpes simplex) ; il est protecteur gastrique à la dose de 30 à 100mg/kg contre l’ulcérogénèse gastrique induite par l’alcool, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (comme l’Indométacine), et l’acide acétique (vinaigre) (RIBEIRO, 2016).

Quant aux autres composants, souvents majoritaires chez de nombreux Serpolets, il ont les propriétés suivantes :
- Le p-Cymène (ou paracymène) : est un hydrocarbure monoterpénique, très présent dans les Thyms, le Serpolet, l’Origan et la Sarriette. C’est le précurseur du Carvacrol. Il est antioxydant et antibactérien (MARCHESE, 2017) ; anti-inflammatoire, freinateur de la migration leucocytaire, et antinociceptif (c’est-à-dire antalgique) (BONJARDIM, 2012) ; neuroprotecteur (DE OLIVEIRA, 2015) ; il est encore vasorelaxant, par un mécanisme d’action sur les canaux potassiques (SILVA, 2015).

- Le γ-Terpinène (gamma-terpinène) : est aussi un hydrocarbure monoterpénique ; on le trouve dans le Citron, chez les Labiées, en particulier dans la Sarriette (jusqu’à 39%), dans le Poivre, le Cumin, le Coriandre, le Clou de Girofle, Melaleuca (l’Arbre à thé ou Tea Tree, où son taux peut atteindre 10 à 28%), et dans la Cannelle de Ceylan. Il est antioxydant, et retarde la peroxydation des lipides, à tel point qu’ a été proposée son utilisation dans l’industrie alimentaire (FOTI, 2003). Il est antimicrobien (GIWELI, 2012), et possède une bonne activité anti-inflammatoire et anti-oedémateuse, passant par une inhibition de la migration des neutrophiles, et par une réduction des cytokines (IL-1β et TNF- α) (RAMALHO, 2015). Il a aussi une action antiproliférative.

- Le 1,8-Cinéole, est un oxyde monoterpénique, plus connu sous le nom d’ Eucalyptol parce qu’il est extrait en grande quantité des feuilles d’ Eucalyptus. Il est très présent aussi dans le Ravintsara, le Myrte et le Niaouli, comme chez certaines labiées : le Romarin à « chémotype cinéole », et la Sauge officinale. Il est expectorant et anti-inflammatoire de la muqueuse bronchique ; très indiqué dans les bronchites, l’asthme, et la bronchite chronique obstructive (BPCO) (JUERGENS, 2014).
Mais il possède encore des propriétés antitumorales (anti-angiogénique, et inducteur de l’apoptose des cellules malignes) (SAMPATH, 2017), notamment sur le cancer du colon (MURUTA, 2013).
Du fait de son action antioxydante et anti-inflammatoire (en régulant le TNF- α et les Interleukines IL-1 β et IL-6), il a fait la preuve expérimentale d’actions favorables dans d’autres pathologies : comme les pancréatites, les colopathies, les maladies cardio-vasculaires, et les neuropathies dégénératives (SEOL, 2016).
Il est inhibiteur de l’enzyme acétylcholinestérase chargée de dégrader l’acéthylcholine (le 1,8-Cinéole relève donc le taux de celle-ci qui est un neuromédiateur des synapses du système nerveux parasympathique, et également un neurotransmetteur cérébral impliqué dans les circuits de la mémoire). Une rarissime étude clinique humaine a été menée en Grande-Bretagne sur 20 volontaires avec de l’HE de Romarin et dosage plasmatique du 1,8-Cinéole dans le sang ; il a été observé une augmentation des performances mnésiques (MOSS, 2012).

- Le (E)-Nérolidol ou trans-Nérolidol était le principal composant d’une variété de Serpolet poussant en Estonie (cf supra : PAAVER, 2008).
Le Nérolidol est un sesquiterpène-alcool largement répandu dans le monde végétal ; il a un rôle de défense de la plante contre les herbivores et certains pathogènes. Il existe sous 4 formes isomériques. Il est le composant majeur de l’HE de Piper claussenarium (81,4%), et l’un des principaux composants du Thé vert. On le nomme aussi « péruviol », un composé volatile dont l’odeur est protectrice contre le broutage, et qu’on utilise comme agent odorant dans les industries alimentaire, cosmétique, et domestique (CHAN,2016).
Ses propriétés pharmacologiques sont multiples :
. anti-oxydant, et neuroprotecteur (NOGUEIRA NETO, 2013)
. antibactérien : notamment sur le Staphylococcus aureus Méthi-R (résistant à la Méthicilline) et l’E. Coli. Il potentialise l’action des antibiotiques (Amoxicilline/acide clavulanique, Ceftadizime, Imipenem, Ciprofloxacine, Erythromycine, Gentamicine, et Vancomycine) dont il abaisse les CMI (concentrations mimimales inhibitrices) sur ces germes (GONCALVES, 2011)
. fongicide, il altère le biofilm des Candida albicans.
. antiparasitaire contre plusieurs maladies tropicales : les leishmanioses, les typanosomiases (dont la Maladie du sommeil), et la Malaria
. répellent et insecticide
. anti-inflammatoire et antinociceptif (analgésique) médié par les récepteurs GABA (FONSECA, 2015)
. antitumoral, in vitro et in vivo chez l’animal (CHAN, 2016).

- Certains Serpolets sont à Bornéol : celui-ci est un monoterpénol qui s’oxyde facilement en camphre. Il est antalgique, anti-inflammatoire (ALMEIDA, 2013). Il est également neuroprotecteur cérébral ; il possède aussi une action agoniste sur le GABA, un neuromédiateur cérébral (GRANGER, 2005).

- Quant au « Camphor » ou Camphre, il est seulement présent chez certains spécimens de Serpolets (comme ceux mentionnés dans l’Altaï, en contenant 4%). Il est extrait en quantité du Camphrier du Japon. Chez les Labiées, le Romarin et la Sauge officinale en renferme respectivement jusqu’à 27,9% et 26,12%. C’est une cétone monoterpénique bicyclique, aux propriétés : antiseptique respiratoire, « eupnéïque » (améliore la respiration), stimulant cardio-respiratoire, et analgésique. Il exerce une action antispasmodique sur le bronchospasme, par un effet anti-histaminique et anti-cholinergique. Inhalé au niveau nasal, ou en application cutanée, il donne une impression de fraicheur. C’est une cétone toxique, principalement chez le nourrisson (risque de convulsions) (ZUCCARINI, 2009).

une plage de Serpolet au sommet du Mont Ventoux
altitude de 1912 m (84, Vaucluse)

 3) Indications thérapeutiques du SERPOLET 

=> Le SERPOLET est, comme le Thym, un antiseptique et antispasmodique des voies respiratoires ; d’où ses indications ORL : rhino-pharyngites, laryngites, gingivites et aphtes, trachéites, toutes formes d’infections pulmonaires (bronchite, bronchopneumopathies), toux spasmodique, coqueluche... On l’associe volontiers dans ces indications au THYM ou à d’autres labiées anti-infectieuses pulmonaires comme l’HYSOPE et la SARRIETTE ; à des expectorants comme le BOUILLON-BLANC, le LIERRRE TERRESTRE et le MARRUBE BLANC ; ou en cas de toux au TUSSILAGE.
Il est particulièrement indiqué l’hiver en infusions pour renforcer la vitalité et l’immunité, gage de prévention des « coups-de-froid » sur la poitrine, des viroses ORL, de la grippe.
L’humble Serpolet est sûrement un des meilleurs remèdes préventifs et curatifs des rhumes et des rhino-pharyngites hivernales.

=> Il est aussi anti-infectieux urinaire, indiqué dans les cystites.

=> C’est tonique général et circulatoire, revigorant ; indiqué dans l’asthénie. Comme tous les Thyms, il peut être pris dans les suites d’affections débilitantes, en période de convalecence. Il est encore indiqué dans les baisses thymiques, la psychasthénie, le manque de dynamisme.

=> Il est digestif  : tonique digestif, et antispasmodique intestinal (association synergique avec l’ORIGAN ou le ROMARIN). Il prévient les céphalées d’origine digestive, et antidote traditionnellement les troubles secondaires à l’alcool (céphalées, tête lourde, asthénie, vertiges...). Antiseptique intestinal, il réduit les flatulences et les gaz produits par les fermentations intestinales ; on peut l’utiliser dans les gastro-entérites.

=> Il a des propriétés antalgiques, antinévralgiques, indiquées dans les névralgies (sciatiques...) et les rhumatismes arthrosiques.

=> Le Serpolet, comme le Thym et d’autres labiées riches en terpènes, est préventif de la tumorogénèse.

=> Le Serpolet, par voie interne, mélangé à l’alimentation ou pris en tisane, en purifiant l’organisme, améliore l’eczéma.

 USAGE CULINAIRE 

Le Serpolet est un fin condiment, une herbe aromatique dont on se servait à la campagne pour parfumer les viandes, les charcuteries : pâtés et terrines, dont la légendaire « terrine de lapin au serpolet »...
Il fait partie des plantes sauvages entrant dans la composition de la
Liqueur de la Chartreuse.

 RECOLTE 

On cueille les sommités fleuries, en début de floraison dès le mois de mai, puis en juin, et pendant tout l’été ; par temps sec, dans des lieux où l’on a l’assurance qu’ils sont exempts de pesticides.
Le séchage s’éffectue sur des claies ou des linges dans un local aéré, à l’abri des rayons du soleil. A conserver en sachets-papier ou dans des bocaux de verre à l’abri de la lumière.

 EMPLOI MEDICINAL et POSOLOGIE

=> en TISANE essentiellement : c’est « le thé des bergères  » ;
en INFUSION : des sommités fleuries, d’une simple pincée à 2 cuillères-à-café de plante séchée par tasse ; mais on peut sans aucun risque ’pousser la posologie’ jusqu’à 1 cuillère-à-soupe par tasse ; à répéter x 3 à 4 fois par jour dans toutes les indications du remède (infections rhino-pharyngées ou des voies respiratoires, asthénie, ralentissement psychique, faiblesse digestive, névralgies...)
=> en gargarisme d’une infusion ou d’une décoction dans les pharyngites
=> en HUILE ESSENTIELLE (HE) de SERPOLET : c’est la forme galénique de choix, très puissante, pour traiter une affection aigue broncho-pulmonaire, une grippe, une toux coqueluchoïde, une cystite...ou si l’on veut améliorer une asthénie prononcée (physique ou psychique), ou soulager une névralgie. Posologie de 2 gouttes x 3 fois par jour ; pendant 1 à 3 semaines le temps de résoudre la pathologie en cours ; ou par cures de quelques semaines à la posologie de 2 gouttes x 2 fois /jour en association ou en alternance avec d’autres remèdes.
Les gouttes sont à prendre incorporées dans une cuillère d’huile (d’olive ou de sésame), dans un peu de fromage blanc, ou dans du miel.
Seule contrindication : le jeune enfant (moins de douze ans).
=> en TEINTURE MERE : THYMUS SERPYLLUM TM : 30 gouttes x 2 à 3 fois par jour ; on peut sans risque augmenter la posologie à 50 gouttes x 3 fois par jour dans la grippe, ou les infections aigues respiratoires ; faire des cures de 2 à 3 semaines ; ou en traitement plus prolongés en cas de fatigue, ou de ralentissement thymique.
Contrindication : le jeune enfant, et le patient sevré d’un éthylisme (à cause de la présence d’alcool)
=> en Huile de massage, pour soulager les douleurs et les rhumatismes
Attention : l’Huile Essentielle n’est pas indiquée directement sur la peau, car elle est dermocaustique et pourrait entraîner des brûlures ou une dermite (donc, à diluer à 10% dans une huile végétale de sésame, de jojoba, ou de macadamia).

du Serpolet sur une pelouse au sommet du Mont Subasio
à une altitude de 1290 m
(ASSISE, Ombrie, Italie)

Associations synergiques et bénéfiques conseillées :
Le Serpolet s’emploie comme le Thym : il est bien complémentaire de l’ORIGAN, l’HYSOPE ou le ROMARIN (autres labiées) pour la synergie de leurs actions antiseptique, tonique, digestive, antispasmodique, et antinévralgique.
Dans la prévention grippale, la meilleure association est sûrement l’AIL et le SERPOLET.
Dans la grippe déclarée et les infections trachéobronchiques hivernales : associer aux Labiées anti-infectieuses le BOUILLON BLANC ou le MARRUBE BLANC, ou l’HE d’EUCALYPTUS, pour leurs propriétés expectorantes.
Dans les trachéïtes et affections tussigènes : associer le SERPOLET, le LIERRE TERRESTRE, et le TUSSILAGE jusqu’à cessation de la toux.
En phase post-infectieuse, asthénique ou de convalescence : le SERPOLET ou le THYM sera bien indiqué pour retrouver son énergie vitale et l’appétit.

 PHARMACOPEE FRANCAISE 

Liste A (ansm Janvier 2017)

 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 

 1) Bibliographie générale

H. LECLERC « Précis de Phytothérapie » p. 175
Margaret GRIEVE « A modern Herbal » 1931 (Thyme, wild)
Paul-Victor FOURNIER « Dictionnaire des Plantes médicinales et vénéneuses de France », 1949, ré-éd. 2010, p. 929-931
BEZANGER-BEAUQUESNE L, PINKAS M, TORCK M, TROTIN F. « Plantes médicinales des régions tempérées » p. 304-305
Pierre LIEUTAGHI « Le Livre des bonnes herbes » p. 419-423
Jacques FLEURENTIN « Du bon usage des Plantes qui soignent » p. 254-255
Pr J-P CHAUMONT, Dr J-M MOREL « Se soigner avec les plantes de Bourgogne » p. 224-225
Gérard DUCERF « L’encyclopédie des Plantes bio-indicatrices » Vol2, p.295
Jan VOLAK, Jiri STODOLA « Plantes Médicinales » p. 288
Frantisek STARY « Plantes médicinales » p. 192-193
Michel PIERRE « Les plantes de l’herboriste » p. 201-203
Gigliola MAGRINI « Les plantes de la santé » p. 61
Mylène PRADEL-BAQUERRE « Ps.-APULEE, « Herbier », introduction, traduction et commentaire » Archéologie et préhistoire. Université Paul Valéry, MONTPELLIER III, 2013 ; § C (100), p. 412-415
Dr Wighard STREHLOW, Marthe MENSAH « L’art de guérir par l’alimentation selon Hildegarde de Bingen »
Carmélia OPSOMER et Robert HALLEUX, in Guy BEAUJOUAN « Comprendre et maîtriser la nature » Hautes études médiévales et modernes ; Genève, 1994 : p. 453-454

 2) Ouvrages anciens

MARCELLUS EMPIRICUS « De medicamentis Liber » XI, 10 (cité par Pierre LOUARN in www.arbre-celtique.com)
Pierandrea MATTHIOLI « Commentaires de M. Pierre André MATTHIOLE médecin senois, sur les six livres de Péd. Dioscoride Anazarbéen, de la Matière Médicinale », trad. Jean DES MOULINS , Lyon, 1579, chap. XXXIX p. 431-432
Claude-François PASSERAT de la CHAPELLE « Recueil des Drogues Simples ou Matière Médicinale » Paris, 1753, p. 222
Nicolas LEMERY « Dictionnaire Universel des Drogues Simples » Paris, 1760, p. 700
François-Victor MERAT de VAUMARTOISE, Adrien-Jacques DE LENS « Dictionnaire universel de Matière Médicale et de Thérapeutique générale » Bruxelles, 1837, Tome 4°, p. 389
François-Joseph CAZIN « Traité pratique et raisonné des Plantes Médicinales indigènes » Paris, 3° éd ; 1868, p. 1011-1012

 3) Articles scientifiques

(classés par ordre chronologique, des plus anciens aux plus récents)

BANAEVA YA, POKROVSKY LM, TKACHEV AV. « Chemical composition of the essential oil of Thymus serpyllum L. growing wild in Altai region » Proceedings of the International Conference on Natural Product and Physiologically active Substance (ICNPAS98) Novosibirsk, Russia, Dec 1998, p. 6 (Central Siberian Botanical Garden & Novosibirsk Institute, Novosibirsk, Russia)

RASOOLI I, MIRMOSTAFA SA. « Antibacterial properties of Thymus pubescens and Thymus serpyllum essential oils » Fitoterapia 2002 jun ; 73(3) : 244-50 (Shahed University, Tehran, Iran)

FOTI MC, INGOLD KU. « Mechanism of inhibition of lipid peroxidation by gamma-terpinene, an unsual and potentially usefull hydrocarbon anti-oxidant » J. Agric. Food Chem. 2003 Apr ; 51(9) : 2758-65 (Istituto di Chimica Biomolecolare del CNR-Sezione di Catania, Italy)

SEFIDKON F, DABIRI M, MIRMOSTAFA A. « The composition of Thymus serpyllum L. Oil » J. Essential Oil Res. 2004 ; 16(3) : 184-85 (Shahid Beheshti University, Tehran, Iran)

RAAL A, PAAVER U, ARAK E, ORAV A. « Content and composition of the essential oil of Thymus serpyllum L. growing wild in Estonia » Medicina 2004 ; 40 : 785-800 (Universities of Tartu & Tallinn, Estonia)

KULISIC T, RADONIC A, MILOS M. « Antioxidant properties of Thyme (Thymus vulgaris L.) and wild Thyme (Thymus serpyllum L.) essential oils » Italian J. Food Science 2005 Jan ; 17(3) : 315-24 (University of Split, Croatia)

GRANGER RE, CAMPBELL EL, JOHNSTON GA. « (+)- and (-)-borneol : efficacious positive modulators of GABA action at human recombinant alpha1beta2gamma2L GABA(A) receptors » Biochem Pharmacol 2005 Apr ; 69(7) : 1101-11 (University of Sydney, Australia)

LOZIONE K, VENSKUTONIS PR. « Chemical composition of the essential oil of Thymus serpyllum L. ssp. serpyllum growing wild in Lithuania » J. Essential Oil Res. 2006 ; 18(2) : 206-11 (Institute of Botany, Vilnius & Kaunas University of Technology, Kaunas, Lithuania)

PAAVER U, ORAV A, ARAK E, MÄEORG U, RAAL A. « Phytochemical analysis of the essential oil of Thymus serpyllum L. growing wild in Estonia » Natural Product Res. 2008 ; 22(2) : 108-115 (Universities of Tartu & Tallinn, Estonia)

AZIZ S, HABIB-UR-REHMAN « Studies of the chemical constituents of Thymus serpyllum » Türk J. Chem. 2008 Oct ; 32(5) : 605-14 (University of Azad Jammu and Kashmir, Muzaffarabad, Pakistan)

ZUCCARINI P, SOLDANI G. « Camphor : benefits and risks of a widely used natural product » Acta Biol. Szeged. 2009 ; 53(2) : 77-82 (University of Pisa, Italy)

VERMA RS, RAHMAN L, CHANOTIYA CS, VERMA RK, SINGH A, YADAV A, CHAUHAN A, YADAV AK, SINGH AK. « Essential oil composition of Thymus serpylum cultivated in the Kumaon région of Western Himalaya, India » Natural Product Communications 2009 ; 4(7) : 987-88 (Central Institute of Médical and Aromatic Plants, Bageshwar, Uttarakhand, India)

SFAEI-GHOMI J, MESHKATALSADAT MH, SHAMAI S, HASHEMINEJAD M, HASSANI A. « Chemical characterisation of bioactive volatile molecules of four Thymus species using nanoscale injection method » Digest J. Nanomaterials Biostructures 2009 Dec ; 4(4) : 835-41 (University of Kashan & Lorestan University, Khoramabad & Azad University, Khoramabad & Urmia University, Urmia, Iran)

VERMA RS, VERMA RK, CHAUHAN A, YADAV AK. « Seasonal variation in essential oil content and composition of Thyme, Thymus serpyllum L. cultivated in Uttarakhand Hills » Indian J. Pharm. Sci. 2011 Mar-Apr ; 73(2) : 233-35 (Central Institute of Medicinal and Aromatic Plants, Udham Singh Nagar, Uttarakhand, India)

GONCALVES O, PEREIRA R, GONCALVES S, MENDO S, COIMBRA MA, ROCHA SM. « Evaluation of the mutagenicity of sesquiterpenic compounds and their influence on the susceptibility towards antibiotics of two clinically relevant bacterial strains » Mutat. Res. 2011 Jul ; 723(1) : 18-25 (Universidade de Aveiro, Portugal)

BONJARDIM LR, CUNHA ES, GUIMARÂES AG, SANTANA MF, DE OLIVEIRA MG, SERAFINI MR, ARAUJO AA, ANTONIOLLI AR, CAVALCANTI SC, SANTOS MR, QUINTANS-JUNIOR LJ. « Evaluation of the anti-inflammatory and antinociceptive properties of p-cymene in mice » Z. Naturforsch C. 2012 Jan-Feb ; 67(1-2) : 15-21 (Universidade Federal de Sergipe, Aracaju, Brazil)

GIWELI A, DZAMIC AM, SOKOVIC M, RISTIC MS, MARIN PD. « Antimicrobial and antioxidant activities of essential oils of Satureja thymbra growing wild in Lybia » Molecules 2012 Apr ; 17(5) : 4838-50 (University of Belgrade, Serbia)

MOSS M, OLIVER L. « Plasma 1,8-cineole correlates with cognitive performance following exposure to rosemary essential oil aroma » Ther. Adv. Psychopharmacol. 2012 Jun : 2(3) : 103-13 (Dpt of Psychology, Northumbria University, Newcastle upon Thyne, UK)

HUSSAIN AI, ANWAR F, CHATA SAS, LATIF S, SHERAZI STH, AHMAD A, WORTHINGTON J, SARKER SD. « Chemical composition and bioactivity studies of the essential oils from two Thymus species from the Pakistan flora » LWT-Food Science and Technology 2013 Jan ; 50(1) : 185-92 (Universities of Faisalabad & Sargodha, Pakistan)

ALMEIDA JR, SOUZA GR, SILVA JC, SARAIVA SR, JUNIOR RG, QUINTANS J. de S, BARRETO R. de S, BONDARDIM LR, CAVALCANTI SC, QUINTANS LJ Jr. « Borneol, a bicyclic monoterpene alcohol, reduces nociceptive behavior and inflammatory response in mice » The Sci. World J. 2013 : (Vol 2013) : art ID 808460 (Universidade Federal do Vale do Sâo Francisco, Petrolina, Brazil)

NOGUEIRA NETO JD, DE ALMEIDA AA, DA SILVA OLIVEIRA J, DOS SANTOS PS, DE SOUSA DP, DE FREITAS RM. « Antioxidant effects of nerolidol in mice hippocampus after open field test » Neurochem. Res. 2013 Sep ; 38(9) : 1861-70 (Federal University of Peaui, Teresina, Brazil)

MURATA S, SHIRAGAMI R, KOSUGI C, TEZUKA T, YAMAZAKI M, HIRANO A, YOSHIMURA Y, SUZUKI M, SHUTO K, OHKOHCHI N, KODA K. « Antitumor effect of 1,8-cineole against colon cancer » Oncol. Rep. 2013 Dec ; 30(6) : 2647-52 (Teiko University Chiba Medical Center, Ichihara, Japan)

NOKOLIC M, GLAMOCLIJA J, FERREIRA ICFR, CALHELHA RC, FERNANDES A, MARKOVIC T, MARKOVIC D, GIWELI A, SOKOVIC M. « Chemical composition, antimicrobial, antioxidant and antitumor activity of Thymus serpyllum L., Thymus algeriensis Boiss. and Reut and Thymus vulgaris L. essential oils » Industrial Crops and Products 2014 Jan ; 52 : 183-90 (University of Belgrade, Serbia & Institute of Braganca, Portugal)

JUERGENS UR. « Anti-inflammatory properties of the monoterpene 1,8-cineole : current evidence for co-medication inflammatory airway diseases » Drug Res. (Stuttg.) 2014 Dec ; 64(12) : 638-46 (Dpt of Pneumology, Allergology, Bonn University Hospital, Bonn, Germany)

WESOLOWSKA A, GRZESZCZUK M, JADCZAK D. « Comparison of chemical compositions of essential oils isolated by hydrodistillation from wild Thyme (Thymus serpyllum L. ) with use of Deryng and Clevenger apparatus » Herba Polonica 2014 Jan ; 60(2) et Not. Bot. Horti. Agrobio. 2015 ; 43(2) : 432-438 (West Pomeranian University of Technology, Szczecin, Poland)

VARGA E, BARDOCZ A, BELAK A, MARAZ A, BOROS B, FELINGER A, BÖSZÖRMENYI A, HORVATH G. « Antimicrobial activity and chemical composition of Thyme essential oils and the polyphenolic content of different Thymus extracts » Farmacia 2015 ; 63(3) : 357-61 (University of Medicine and Pharmacy of Târgu, Mures, Romania & Universities of Budapest and Pecs, Hungary)

SILVA MTM, RIBEIRO FPRA, MEDEIROS MAMB, SAMPAIO PA, SILVA YMS, SILVA MTA, QUINTANS JSS, QUINTANS-JUNIOR LJ, RIBEIRO LAA. « The vasorelaxant effect of p-cymene in rat aorta involves potassium channels » The Scientific World J. 2015 ; (2015) art ID 458080 (Universidade Federal do Vale do Sâo Francisco & Universidade Federal de Sergipe, Aracaju, Brazil)

DE OLIVEIRA TM, DE CARVALHO RB, DA COSTA IH, DE OLIVEIRA GA, DE SOUZA AZ, DE LIMA SG, DE FREITAS RM. « Evaluation of p-cymene, a natural antioxidant » Pharm. Biol. 2015 Mar ; 53(3) : 423-28 (Federal University of Piaui, Brazil)

JARIC S, MITROVIC M, PAVLOVIC P. « Review of ethnobotanical, phytochemical, pharmacological study of Thymus serpyllum L. » Evid. Based Complem. Altern. Med. 2015 : (vol. 2015) art : ID 101978 (Institute for Biological Research « Sinisa Stankovic », University of Belgrade, Serbia)

RIBEIRO AR, DINIZ PB, PINHEIRO M, ALBUQUERQUE-JUNIOR RL, THOMAZZI SM. « Gastroprotective effects of Thymol on acute and chronic ulcers in rats : the role of prostaglandins, ATP-sensitive K(+) channels, and gastric mucus secretion » Chem. Biol. Interact. 2016 Jan ; 244 : 121-28 (Universidade Federal de Sergipe & Universidade Tiradentes, Sergipe, Brazil)

SEOL GH, KIM KY. « Eucalyptol and its role in chronic diseases » Adv. Exp. Med. Biol. 2016 ; 929 : 389-98 (Korea University, Seoul & Gachon University, Incheon, Republic of Korea)

KIRILLOV V, STIKHAREVA T, MUKANOV B, CHEBOTKO N, RYAZANTSEV O, ATAZHANOVA G, ADEKENOV S. « Composition of the essential oil of Thymus serpyllum L. from Northern Kazakhstan » J. Essential Oil Bearing Plants 2016 ; 19(1) : 212-22 (Dpt of Breeding Kazakh Research, Shchuchinsk & Int. Res. and Prod. Holding Company « Phytochemistry », Karaganda, Kazakhstan)

FONSECA DV, SALGADO PR, DE CARVALHO FL, SALVADORI MG, PENHA AR, LEITE FC, BORGES CJ, PIUVEZAM MR, PORDEUS LC, SOUSA DP, ALMEIDA RN. « Nerolidol exhibits antinociceptive and anti-inflammatory activity : involvement of the GABAergic system and proinflammatory cytokines » Fundam. Clin. Pharmacol. 2016 Feb ; 30(1) : 14-22 (Federal University of Paraiba, Joâo Pessoa, Brazil)

CHAN WK, TAN LT, CHAN KG, LEE LH, GOH BH « Nerolidol : a sesquiterpene alcohol with multi-faceted pharmacological and biological activities » Molecules 2016 Apr ; 21(5) : E529 (Monash University Malaysia, Selangor Darul Ehsan, Malaysia)

MILOVANOVIC M, MILOSAVLJEVIC M, MARJANOVIC SD, TRAILOVIC MS, VUCINIC M, NEDELJKOVIC TRAILOVIC J, MARKOVIC M, DURDEVIC D. « The effect of Carvacrol on inflammatory pain and motor coordination in rats » Acta Veterinaria-Beograd 2016 ; 66(4) : 478-88 (Veterinary University of Belgrade, Serbia)

NAGOOR MEERAN MF, JAVED H, AL TAEE H, AZIMULLAH S, OJHA SK. « Pharmacological properties and molecular mechanisms of Thymol : prospects for its therapeutic potential and pharmaceutical development » Front. Pharmacol. 2017 Jun : 8 : 380 (United Arab Emirates University Al Ain, United Arab Emirates)

MARCHESE A, ARCIOLA CR, BARBIERI R, SILVA AS, NABAVI SF, TSETEGHO SOKENG AJ, IZADI M, JAFARI NJ, SUNTAR I, DAGLIA M, NABAVI SM. « Update on Monoterpenes as antimicrobial agents : a particular focus on p-Cymene » Materials (Basel) 2017 Aug ; 10(8) : pli : E947 (Universities of Genoa, Bologna, Pavia, Italy & Baqiyatallah University of Medical Sciences, Tehran, Iran & Gazi University, Etiler, Ankara, Turkey)

SAMPATH S, VEERAMANI V, KRISHNAKUMAR GS, SIVALINGAM U, MADURAI SL, CHELLAN R. « Evaluation of in vitro anticancer activity of 1,8-Cineole-containing n-hexane extract of Callistemon citrinus (Curtis) Skeels plant and its apoptotic potential » Biomed. Pharmacoth. 2017 Sep ; 93 : 296-307 (Central Leather Research Institute, Chennai, India)

 WEBOGRAPHIE

http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-75414-synthese
https://fr.wikipedia.org/wiki/Serpolet
https://www.botanical.com/botanical/mgmh/t/thywil17.html (GRIEVE, a modern Herbal : Thyme, wild)
https://www.complements-alimentaires.co/serpolet/
http://www.arbre-celtique.com/encyclopedie/serpolet-gilarus-gilaros-2041.htm
http://www.masantenaturelle.com/chroniques/herbier/serpolet.php
http://www.santeonaturel.com/fiche-huile-essentielle-serpolet,144.html
https://www.aroma-zone.com/info/fiche-technique/huile-essentielle-serpolet-aroma-zone?page=library


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 180 / 19218

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site MONOGRAPHIES   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License