BIENFAITS des PLANTES MEDICINALES

SARRIETTE

jeudi 22 février 2018 par Dr Dom COQUERET

SARRIETTE

SARRIETTE des MONTAGNES
Satureja montana L.
et
SARRIETTE des JARDINS
Satureja hortensis L.

une Sarriette des montagnes
Conservatoire national des Plantes
(91, MILLY la FORÊT)

 Noms vernaculaires :

- pour la Sarriette des montagnes : Sarriette sauvage, Savourée, Poivre d’âne (« Pébré d’aï » en provençal)

- pour la Sarriette des jardins : Savourée, Sadrée, Poivrette

 BOTANIQUE

Famille des Lamiacées (Labiées)

- la Sarriette des montagnes (Satureja montana L.) est une labiée vivace, dont les tiges ligneuses ascendantes atteignent 30 à 40 cm. Les feuilles sont opposées, allongées et étroites (plus longues que celles du Thym), aigues, coriaces et luisantes ; elles sont dites « sempervirens » c’est-à-dire toujours vertes en toutes saisons. De petites glandes à la surface des feuilles sécrètent une huile aromatique. Les fleurs, portées par un court pédoncule né à l’aisselle des feuilles, sont bilabiées de couleur blanche ou légèrement rosée ; la lèvre supérieure est plane (non-arquée), l’inférieure est trilobée ; le fruit est un tétrakène.
La Sarriette est d’odeur aromatique et de saveur poivrée.
Elle est très mellifère.

- La Sarriete des jardins (Satureja hortensis L.) est annuelle, basse et buissonnante, aux tiges ramifiées rougeâtres pouvant atteindre une 30-aine de cm ; ses feuilles allongées sont plus molles, et pubescentes (recouvertes de fins poils) ; elles sont aussi porteuses de petites glandes sécrétrice d’une huile aromatique. Le calice a 5 dents pointues ; les fleurs bilabiées sont petites, blanches ou légèrement rosées-violacées ; 4 étamines ; le fruit est un tétrakène.
Elle est également très mellifère.

 HABITAT

- La Sarriette des montagnes est vivace en Europe méridionale, dans les pays du pourtour méditerranéen : en France, en Provence et dans les Alpes de Haute-Provence ; en Italie et en Grèce, dans les Balkans, et en Afrique du Nord ; son aire s’étend ensuite jusqu’au Caucase et sur les plateaux iraniens. En Espagne, dans les pays du Maghreb, et au Moyen-Orient, poussent spontannément des espèces proches (S. thymbra, S. Kitaibellii, S. khuzetanica...). Elle croît dans les collines et les montagnes jusqu’à 1000m, dans des endroits rocailleux et ensoleillés, sur des talus.

- La Sarriette des jardins est une espèce qui a été acclimatée à la culture, comme le Thym et la Marjolaine. Elle pousse mieux en Europe méridionale, en climat méditerranéen. On la cultive pour ses qualités aromatiques.

En fait, certaines Sarriettes vivaces sont parfois sélectionnées pour être mises en cultures, et il arrive que des Sarriettes des jardins s’échappent et redeviennent sauvages !

 USAGE MEDICINAL

 1) Histoire et usages traditionnels

DIOSCORIDE, médecin grec d’Asie Mineure au 1° siècle de notre ère en décrivait 2 espèces sous le nom de « Thymbra ».

Au Moyen-Age, la Sarriette était communément cultivée dans les jardins. HILDEGARDE de BINGEN qui fut abbesse du Monastère de Ruppertsberg en Rhénanie au XII° siècle, et mystique, reçut en visions des enseignements sur la façon de soigner l’homme. Elle décrivit environ 300 plantes dans son « Liber de Plantis » (ou Livre des Plantes) qui fait partie du « Livre des Subtilités des Créatures Divines ». Elle y écrit :
« Celui qui est affligé par la goutte, au point que ses membres sont constamment en mouvement, qu’il réduise en poudre de la sarriette et qu’il ajoute à cette poudre un peu de cumin et un peu plus de poudre de sauge, et qu’il mélange cette poudre à une liqueur de miel ; qu’il en boive souvent après les repas, et sa santé s’améliorera ».
et encore : « Celui dont le coeur est affaibli et l’estomac malade, qu’il mange souvent de cette plante sans la faire cuire, et ses forces lui reviendront. Celui qui est triste également, la sarriette le rendra joyeux, s’il en mange. Elle guérit et clarifie par ailleurs les yeux, lorsqu’on la mange ».
Suite à ces indications, la Sarriette a été recommandée pour la goutte, les rhumatismes, les tremblements parkinsoniens, les brûlures d’estomac, la faiblesse cardiaque, la tristesse et la « mélancolie » ou dépression, et la baisse visuelle. (Dr Gottfried HERTZKA) et (Dr Wighard STREHLOW, Marthe MENSAH).

Pierandrea MATTHIOLI, médecin italien du XVI° siècle, dit dans ses Commentaires sur les six livres de DIOSCORIDE, qu’en Toscane, les gens appelaient auparavant « Cunila » cette Sariette « que les paysans appellent Satureia ».« En plusieurs autres lieux d’Italie on l’appelle Savoreggia, qui est un mot corrompu de Satureia ». Il dit qu’on la surnommait aussi « Piperella » à cause de sa saveur poivrée.
« La Sariette sauvage a les mêmes vertus que le Thym ; celle des jardins est de moindre vertu, mais elle est propre et de moindre vertu, mais elle est plus propre et plus agréable en viande ».

Nicolas LEMERY, apothicaire à Paris sous Louis XIV, résume les vertus de la Sarriette des jardins : « On cultive cette plante dans les jardins potagers, car elle est souvent employée dans les sauces. Elle contient beaucoup de sel essentiel ou volatile, et d’huile exaltée. Elle est apéritive, pénétrante, atténuante ; elle fortifie l’estomac, elle aide à la respiration ; elle excite l’urine et les mois aux femmes ; elle apaise les douleurs des oreilles, elle résout les tumeurs, elle fortifie les nerfs et la vue ».

CAZIN, qui fut médecin de campagne et phytothérapeute au XIX° siècle dans le Nord de la France, dit que le nom de « Satureia » remonte à l’antiquité, et se réfère aux propriétés prétendues aphropdisiaques de la plante. « On le considérait autrefois comme stomachique, expectorante, carminative, antispasmodique, aphrodisiaque, vermifuge. Son infusion vineuse a été recommandée dans l’asthme, dans le catarrhe muqueux, la débilité d’estomac, et, en gargarisme, contre le relâchement de la luette et l’engorgement des amygdales ». « L’infusion de Sarriette très concentrée a réussi, comme celle de la menthe et de la plupart des plantes aromatiques et âcres, contre la gale ».
« Nous citerons encore, comme jouissant des mêmes propriétés, la Sarriette des montagnes (S. montana L.), celle d’Espagne (S. capitata L.) et celle de Crète (S. thymbra L.) ».
Il précise toutefois qu’à son époque la Sarriette « était une plante tout à fait tombée en désuétude sous le rapport de son usage médical, sans doute à cause de son emploi dans l’office culinaire ».

Henri LECLERC, au début du XX° siècle, en dit peu de choses : « Parmi les acaricides, il faudrait citer également la Sarriette (Satureia hortensis L.) q’on n’emploie plus de nos jours que pour aromatiser les fèves, mais qui, d’après M. Schultzik, exercerait une action modératrice sur le péristaltisme intestinal et dont l’infusion à 5 p. 100 se montrerait efficace dans le traitement des diarrhées aigues ou chroniques ».

Paul-Victor FOURNIER en 1947 reprend les indications reconnues par les auteurs du XXIII°-XIX° siècles : « La Sarriette possède des propriétés stimulantes, digestives, stomachiques, diurétiques, carminatives, légèrement astringentes, anticatarrhales et antidiarrhéiques, vermifuges et antipsoriques. Elle peut s’employer commme le Thym et le Serpolet dans la faiblesse et les crampes d’estomac, la dyspepsie, la chlorose, les scrofules, le catarrhe muqueux, les crises d’asthme, les vers, les fermentations intestinales et flatulences... ».
Concernant la Sarriette des jardins, il cite aussi un praticien : « Schultzik a vu s’acheminer vers la guérison des diarrhées infectieuses légères aussi bien que des gastro-entérites aiguës et des inflammations du colon, après que parfois ces affections avaient résisté aux autres traitements ».
Quant à la Sarriette des montagnes : « On attribue à la Sarriette vivace les mêmes propriétés qu’à la Sarriette des jardins. Elle est certainement stimulante, apéritive, tonique et fortifiante ».

Sarriettes des Jardins
à SIMIANE la ROTONDE
(04, Alpes de Haute Provence)

 2) Composition & Pharmacologie

La Sarriette des montagnes est une Labiée renfermant une précieuse Huile Essentielle (HE) dont le taux de rendement est variable, s’échelonnant selon les analyses publiées entre 0,22% et 2,27%.
Il s’agit la plupart du temps de Sarriette à phénols monoterpéniques, dont la composition est à biotype chimique « Carvacrol/Thymol ».
Ainsi chez cette Sarriette des montagnes du Portugal obtenue par hydrodistillation (GROSSO, 2009) :
Carvacrol 52,2% - 62,0%
Thymol 8,6% - 11,0%
p-Cymène 6,9% - 12,8%
γ-Terpinène 6,4% - 9,4%
β-Bisabolène 2,0% - 2,7%

et chez cette autre Sarriette des montagnes du Portugal (SERRANO, 2011) :
Carvacrol 30,6%
Thymol 14,1%
Carvacrol méthyl éther 6,3%

ou chez cette S. montana récoltée sur le Mont Biokovo, en Croatie (CAVAR ZELJKOVIC, 2013) :
Carvacrol 63,4%
Thymol 19,4%

Chez beaucoup de « Sarriettes méditerranéennes », le Carvacrol domine, puis le p-Cymène et/ou le γ-Terpinène arrivent souvent en 2° et 3° position.
Ainsi chez cette Satureja montana collectée dans les montagnes du Sud de la France au rendement en HE de 1,56% (MILADI, 2013) :
Carvacrol 53,35%
γ-Terpinène 13,54%
p-Cymène 13,03%
β-Caryophyllène 2,23%
Linalol 1,81%
α-Terpinène 1,76%
β-Myrcène 1,30%
β-Bisabolène 1,30%
Bornéol 1,14%
α-Thujène 1,14%

Aussi chez cette Sarriette (S. montana) cultivée en Roumanie dont le rendement est de 1,98% par rapport à la plante sèche (TRIFAN, 2015) :
Carvacrol 63,40%
p-Cymène 10,97%
γ-Terpinène 3,70%
Thymol méthyléther 1,57%
β-Bourbonène 1,43%
Aromadendrène 1,43%

Chez une Sarriette des montagnes récoltée et Croatie (SKOCIBUSIC, 2004) :
Carvacrol 45,7%
p-Cymène 12,6%
γ-Terpinène 8,1%
(suivis par le Carvacrol méthyl éther, le Bornéol, le Thymol, et le Thymol méthyl éther)

Cette Sarriette « montana » collectée à 500 m. d’altitude dans les montagnes de la région d’Urbino, en Italie centrale, avait un rendement en HE de 0,59% ; sa composition était (FRATERNALE, 2004) :
Carvacrol 18,00%
p-Cymène 14,30%
Thymol 9,92%
β-Phellandrène 5,60%
β-Caryophyllène 4,97%
Carvacrol méthyl éther 4,86%
Linanol 4,81%
α-Pinène 3,34%
Myrcène 2,95%
Bornéol 2,69%
Terpinène-4-ol 2,66%
Spatulénol 2,41%
Camphène 2,20%
β-Pinène 2,18%

Chez d’autres Sarriettes de montagne récoltées en Albanie (IBRALIU, 2011) :
Carvacrol 21,O7% - 55,95%
p-Cymène 13,34% - 17,40%
Thymol 0,38% - 27,29%
trans-Caryophyllène 2,53% - 10,79%
γ-Terpinène 4,80% - 8,86%
Bornéol 1,35% - 9,64%
Linalol 0,35% - 3,63%

En Iran, une variété de Satureja montana hébergeait dans son HE le plus haut taux de Carvacrol (NEMATI, 2018) :
Carvacrol 83,40%
γ-Terpinène 9,62%
α-Terpinène 1,70%
Thymol méthyl éther 1,12%

Il est plus rare cependant de trouver d’autres variétés de Sarriette des montagnes où le Thymol est prédominant ; comme c’est ici le cas d’un spécimen en Croatie (RADONIC, 2003) :
Thymol 45,2%
p-Cymène 6,4%
γ-Terpinène 5,9%
Carvacrol méthyl éther 5,8%
Carvacrol 5,3%
Thymol méthyl éther 5,1%
Géraniol 5,0%
Bornéol 3,9%

ou chez une Sarriette des montagnes récoltée en Serbie (BEZBRADI, 2005) :
Thymol 33,4%
p-Cymène 28,8%

ainsi que chez cette Sarriette (S. montana) brésilienne (DE OLIVEIRA, 2011) :
Thymol 28,99%
p-Cymène 12,00%
Linalol 11,00%
Carvacrol 10,71%

Michel FAUCON, aromathérapeute, indique pour la Sarriette des montagnes des rendements en HE allant de 0,18% à 0,80% ; et des compositions moyennes où les monoterpènes l’emportent sur les phénols (FAUCON, 2015) :
Monoterpènes environ 50% :
p-Cymène 20%
γ-Terpinène 13%
α-Terpinène 7%
α-Pinène 3%
Sabinène 3%
β-Myrcène 3%
β-Phellandrène 2%
Phénols environ 40% :
Carvacrol 30%
Thymol
Eugénol
Monoterpénols environ 7% :
Linalol 1%
Thujanol
Terpinène1-ol-4
α-Terpinéol
Sesquiterpènes environ 6% :
β-Caryophyllène 2%
β-Bisabolène <1%
α-Humulène <1%

Quant à la Sarriette des jardins (S. hortensis), elle peut être :

. soit à Carvacrol dominant, comme celle-ci cultivée en Iran dans la région de Kashan, et dont le rendement en HE est de 0,30% (GHANNADI, 2002) :
Carvacrol 59,7%
γ-Terpinène 12,8%
p-Cymène 9,3%
. soit à Thymol dominant, comme celle-là cultivée en Anatolie (Turquie), et qui est de chémotype « Thymol/Carvacrol » (GÜLLÜCE, 2003) :
Thymol 29,0%
Carvacrol 26,5%
γ-Terpinène 22,6%
p-Cymène 9,3%

Il est intéressant de noter que d’autres espèces de Sarriettes possèdent des profils chimiques différents :
à titre d’exemples :
- la Sarriette « Thymbra » (Satureja thymbra), est appelée aussi Sarriette à feuilles de Thym ou Sarriette de Crète ; elle pousse de façon spontanée en Méditerranée orientale : en Crète, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. L’HE d’un spécimen sauvage récolté en Lybie avait un biotype à γ-Terpinène (GIWELI, 2012) :
γ-Terpinène 39,23%
Thymol 25,16%
p-Cymène 7,17%
Carvacrol 4,18%

- la Sarriette vivace de Kitaibel (Satureja kitaibelii) pousse dans les Balkans.
. chez des spécimens serbes, le principal composant était le Géraniol (DORDEVIC, 2014) :
Géraniol 24,0% - 30,3%
Linalol 5,0% - 14,8%
Limonène 4,3% - 7,9%
Caryophyllène oxide 4,4% - 5,2%
(il s’agit d’un biotype à « monoterpènes aliphatiques »)
- tandis que, chez cette même espèce de Sarriette de Kitaibel également récoltée en Serbie, le principal composant était le Linanol (MIHAJILOV-KRSTEV, 2011) :
Linalol 15,54%
p-Cymène 9,99%
Bornéol 8,91%
- et chez cette même Sariette des régions serbes, le principal composant était le p-Cymène dont les taux étaient respectivement sur 3 spécimens : 27,9%, 14,7%, et 24,4% (KUNDAKOVIC, 2011).

Mise à part l’HE, les composants extraits par diverses méthodes d’extraction retrouvent aussi :
. des acides phénoliques , comme l’acide rosmarinique, caféique, p-coumarique, ellagique, protocatéchique, syringique (KREMER, 2015)
. des flavonoïdes (Apigénine, Lutéoline, Rutine, Quercétine ...) (CETKOVIC, 2007)
. et des Triterpènes (acide oléanolique et acide ursolique)

une Sarriette vivace de Kitaibel
Conservatoire national des Plantes
(91, MILLY la FORÊT)

Les propriétés pharmacologiques de la Sarriette des montagnes ressemblent beaucoup à celles du Thym à Thymol/Carvacrol et du Serpolet à Carvacrol. Les travaux scientifiques des 20 dernières années ont beaucoup enrichi les données, qui ont été répertoriées par de récentes « Review » (TEPE, 2016), (JAFARI, 2016)...

- L’HE de Sarriette des montagnes est antimicrobienne sur les Staphylococcus aureus, Listeria monocytogenes, Escherichia coli et Salmonella typhimurium avec des CMI (concentration minimum inhibitrice) de 0,78 mg/ml, et sur Salmonella enteritidis avec une CMI encore plus basse à 0,39 mg/ml (MILADI, 2013).
Le mécanisme d’action antibactérienne de la Sarriette des montagnes, sur E. Coli et Listeria monocytogenes, semblable à celui de l’Origan d’Espagne, est une altération de la membrane cytoplasmique et une déplétion de la concentration intracellulaire d’ATP (OUSSALAH, 2006).
Cette efficacité sur la Listeria a été étudiée en Espagne pour la conservation de viande de porc hâchée (CARRAMINANA, 2008).
Cette HE est antibactérienne sur les Entérobactéries : Eschérichia coli et Shigella flexneri, toutes deux responsables d’entérites (SKOCIBUSIC, 2003).
Cette HE, également active sur le Clostridium perfringens, peut servir à la conserverie alimentaire (de mortadelle) (DE OLIVEIRA, 2011).
- L’HE de Sarriette des montagnes est fongicide. Sur 9 souches testées de fungi, l’HE de Satureja montana récoltée en Italie était fongistatique jusqu’à 10 jours à la concentration de 2 μL et fongicide entre 4 et 8 μL (FRATERNALE, 2004).
L’HE est aussi active sur le Candida albicans (SKOCIBUSIC, 2004).

- L’HE de Sarriette des montagnes est antivirale. Dans une étude croate, la variété variegata qui contient du Carvacrol (19,4%) et du Thymol (16,6%) s’est montrée capable en pulvérisation de réduire, sur des cultures de quinoa, la contamination virale par les virus de la mosaïque du tabac (TMV) de -29,2% et de mosaïque du concombre (CMV) de -24,1% ; mais, testés seuls, le Carvacrol était le plus efficace sur le TMC : -34,3%, et le Thymol le plus efficace sur le CMV : -33,2% (DUNKIC, 2010).
- Parmi d’autres Labiées, S. Montana possède une activité antivirale parmi les plus fortes sur le HIV 1 (virus de l’imunodéficience, responsable du SIDA) à la concentration de 16 μg/mL ; le mécanisme d’action est une inhibition de la transcriptase inverse (YAMASAKI, 1998).

- Le procédé d’extraction par « fluide supercritical » permet d’obtenir, chez Satureja montana, des extraits contenant les taux les plus élevés d’acides : catéchique, chlorogénique, vanilique, protocatéchuique... qui possèdent une activité anticholinestérasique. Cette propriété peut déboucher sur des remèdes préventifs de Maladie d’Alzheimer (SILVA, 2009).

- La Sarriette des montagnes fait partie des Labiées possédant des propriétés cytotoxiques sur plusieurs lignées de cellules cancéreuses, avec des index de cytotoxicité IC50 de l’ordre de 63,5 - 72,3 μg/mL (KUNDAKOVIC, 2014).
Parmi plusieurs plantes d’origine libanaise étudiées, c’est la Sarriette des montagnes qui présentait l’activité antitumorale la plus puissante sur des cellules humaines érythro-leucémiques (K562). Parmi les composants de la plantes dont le composant majoritaire était l’ α-Terpinéol, il a été vérifié que les deux substances les plus puissantes de la plante comme antitumorales étaient l’α-Terpinéol et le Caryophyllène (alors que la Sarriette des jardins dont le composant majoritaire était le Carvacrol 50,61% était moins efficace) (LAMPRONTI, 2006).

- La Sarriette des montagnes, appelée en anglais « Winter Savory » a été rapportée comme pouvant réduire la baisse périphérique de température corporelle chez les sujets sensibles au froid. Des chercheurs japonais ont confirmé que les substances volatiles de la plante inhibent cette réaction de baisse thermique corporelle périphérique lors de l’exposition au froid ; cet effet passe par une activation agoniste des récepteurs gouvernant le canal ionique « ankyrin » (TRPA1). Ce n’est pas le Carvacrol, composant majoritaire, qui est responsable de cet effet, mais une fraction d’autres composants volatiles (MASUDA, 2013). Ceci est à rapprocher de l’effet réchauffant que l’ingestion d’AIL procure, par une vasodilatation périphérique qui antagonise la réaction de vasoconstriction des capillaires cutanés au froid. Or, les substances volatiles de l’Ail (Allium sativum), comme l’allicine, agissent sur le même canal ionique TRPA1 (BAUTISTA, 2005).

Les propriétés pharmacologiques de la Sarriette des jardins :
- L’extrait aqueux de Satureja hortensis est celui, parmi d’autres extraits, qui contient la plus grande quantité de composés anti-oxydants (polyphénols et flavonoïdes) (YESILOGLÜ, 2013).

- Cette Sarriette cultivée est bien antimicrobienne, mais son pouvoir sur telle ou telle famille bactérienne dépend du type d’extraits : l’extrait méthanolique s’avère supérieur sur un certain nombre de souches bactériennes et de Candida albicans, qu’avec l’extrait par hexane (SAHIN, 2003).
- L’HE de la Sarriette des jardins possède, elle aussi, un haut pouvoir antibactérien sur les 23 souches de bactéries testées, et antifongique sur 15 espèces de fungi (GÜLLÜCE, 2003).
- Un extrait aqueux de S. hortensis cultivé en Anatolie a un effet anti-inflammatoire sur la muqueuse naso-sinusienne , in vivo chez l’animal (lapin). Cette action pourrait être mise à profit dans les rhino-sinusites. (USLU, 2003).

- Les extraits et l’HE de S. hortensis exercent in vivo chez l’animal une action antalgique et anti-inflammatoire ; l’effet antinociceptif ne passe pas par la voie opiacée (HAJHASHEMI, 2002).

- l’Estragon, la Sarriette des jardins, et la Marjolaine sont des plantes médicinales qui , dans la Médecine traditionnelle iranienne, sont connues pour fluidifier le sang, et prévenir les thromboses. Des tests ont montré une diminution de l’adhésivité plaquettaire, respectivement de 51%, 48%, et 40%. Par cette action anti-aggrégante plaquettaire, la Sarriette (S. hortensis) pourrait assurer une prévention antithrombotique cardiovasculaire (YAZDANPARAST, 2008).

Propriétés du Carvacrol, du Thymol, du p-Cymène, et du γ-Terpinène :
Chez toutes les Sarriettes où le Carvacrol est prédominant, la plante possède les mêmes vertus que celles reconnues au Carvacrol :

Le CARVACROL : est un phénol monoterpénique et l’isomère du Thymol. Il est abondant dans certaines espèces de Thym à « Thymol/Carvacrol », chez le Serpolet, l’Origan et la Sarriette. Il est antimicrobien, anti-inflammatoire et analgésique, antispasmodique, antioxydant et hépatoprotecteur, antimutagène et antitumoral, antiagrégant plaquettaire, inhibiteur de l’acétylcholinestérase, antiparasitaire et insecticide (BASER, 2008) ; également gastroprotecteur contre l’ulcérogénèse gastrique (OLIVEIRA, 2012) ; il a un intérêt contre la coccidiose intestinale des volailles (UMAYA SUGANTHI, 2013).
Parmi de nombreux travaux scientifiques qui ont souligné son action antitumorale, citons :
. son effet anti-prolifératif sur le cancer du sein métastasé humain, où l’index d’inhibition de croissance IC50 est de 100 μM ; le mécanisme d’action du Carvacrol a été élucidé : il passe par une diminution du potentiel membranaire mitochondrial, une activation de l’activité de la capsase, un clivage du PARP, et une fragmentation de l’ADN qui conduisent à l’apoptose (c’est-à-dire à la mort de la cellule cancéreuse) (ARUNASREE, 2010).
. il exerce un effet pro-apoptotique sur le carcinome humain hépatocellulaire (YIN, 2012).
. par ailleurs, il inhibe la prolifération cellulaire et la migration des cellules du cancer du poumon non-à-petites cellules (JUNG, 2018).

- Le THYMOL : est un phénol monoterpénique, présent surtout chez les genres Thymus, Origanum, et Lippia ; il est un des principaux composants des Thyms (Thym commun et Serpolet), de l’Origan, et de la Sarriette. Il est antioxydant, antiseptique, antibactérien et antifongique (Candida albicans) ; antispasmodique trachéo-bronchique et antitussif, anti-inflammatoire et analgésic, antihyperlipidémique (il améliore le HDL et abaisse le LDL), et antitumoral (NAGOOR MEERAN, 2017) ; il est encore antiviral (actif sur l’Herpes simplex) ; il est protecteur gastrique à la dose de 30 à 100mg/kg contre l’ulcérogénèse gastrique induite par l’alcool, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (comme l’Indométacine), et l’acide acétique (vinaigre) (RIBEIRO, 2016).

- Le p-Cymène (ou paracymène) : est un hydrocarbure monoterpénique, très présent dans les Thyms, le Serpolet, l’Origan et la Sarriette. C’est le précurseur du Carvacrol. Il est antioxydant et antibactérien (MARCHESE, 2017) ; anti-inflammatoire, freinateur de la migration leucocytaire, et antinociceptif (c’est-à-dire antalgique) (BONJARDIM, 2012) ; neuroprotecteur (DE OLIVEIRA, 2015) ; il est encore vasorelaxant, par un mécanisme d’action sur les canaux potassiques (SILVA, 2015).

- Le γ-Terpinène (gamma-terpinène) : est aussi un hydrocarbure monoterpénique ; on le trouve dans le Citron, chez les Labiées, en particulier dans la Sarriette (jusqu’à 39%), dans le Poivre, le Cumin, le Coriandre, le Clou de Girofle, Melaleuca (l’Arbre à thé ou Tea Tree, où son taux peut atteindre 10 à 28%), et dans la Cannelle de Ceylan. Il est antioxydant, et retarde la peroxydation des lipides, à tel point qu’ a été proposée son utilisation dans l’industrie alimentaire (FOTI, 2003). Il est antimicrobien (GIWELI, 2012), et possède une bonne activité anti-inflammatoire et anti-oedémateuse, passant par une inhibition de la migration des neutrophiles, et par une réduction des cytokines (IL-1β et TNF- α) (RAMALHO, 2015). Il a aussi une action antiproliférative.

Propriétés d’autres espèces de Sariettes :
- la Sarriette d’Espagne (Satureja thymbra), parmi d’autres espèces testées, s’est avérée avec Calamintha origanoflora, posséder le plus haut index sélectif d’activité contre le virus Herpes simplex 1 (SAAB, 2012).
Elle a aussi une action anticholinestérasique (ÖZTÜRK, 2012).

- Une espèce de Sarriette poussant dans les montagnes du Sud-Ouest de l’Iran (Satureja khuzestanica), est une herbe médicinale utilisée traditionnellement par des populations nomades pour ses propriétés : antiseptique, analgésique, et anti-inflammatoire. Une étude clinique iranienne a été menée chez des sujets atteints de colite ulcéreuse, avec un extrait SATUREX (TM), 500mg/j. administré dans le groupe traité, versus groupe-placebo ; les 2 groupes poursuivant leurs traitements habituels. Au terme de 4 mois, 12 des 14 patients traités, soit 85,5%, étaient en complète rémission ; alors que dans le groupe placebo, seuls 6 des 13 patients, soit 46,2%, étaient en rémission (RASTEGARPANAH, 2011).

- La Sarriette vivace de Kitaibel (S. kitaibelii) possède une forte activité antimicrobienne, avec des CMI basses entre 0,10 et 25 μg/mL.(KUNDAKOVIC, 2011). Son HE est un puissant bactéricide à large spectre avec des CMI basses entre 0,18 et 2,55 g/mL sur de nombreux germes ; des CMI entre 6,25 et 50 g/mL sur des germes multirésistants ; et des CMI entre 12,5 et 50 g/mL sur des dermatophytes . Les auteurs concluent en une action anti-infectieuse à la fois antibactérienne et antifongique utilisable en clinique dans le traitement des intoxications alimentaires , des plaies infectées, et des dermato-mycoses à dermatophytes (MIHAJILOV-KRSTEV, 2011)

Fleurs blanches de Sarriette des jardins

 3) INDICATIONS THERAPEUTIQUES des SARRIETTES

des montagnes et des jardins

Elles sont toutes les deux médicinales et culinaires, car l’on cueille bien des Sarriettes vivaces dans la montagne, théoriquement les plus médicinales, pour parfumer des viandes et des sauces, tout comme celles cultivées dans les jardins et régulièrement utilisées en cuisine, sont aussi de précieux remèdes en tisane l’hiver.
Leurs emplois médicinaux sont semblables, même si quelques nuances doivent être apportées en thérapie avec les huiles essentielles sur le choix préférentiel à faire de tel chémotype pour telle indication médicinale.
La Sarriette possède la plupart des vertus reconnues aux Thyms et au Serpolet, ainsi qu’à l’Origan et la Marjolaine.

=> La Sarriette est tonique, indiquée pour redonner des forces à des personnes fatiguées, ou en convalescence. Elle a tout à fait sa place après une maladie infectieuse, en période d’asthénie, et même en cas de découragement. Elle restaure les forces vitales. et stimule traditionnellement l’ardeur sexuelle ; elle est considérée comme aphrodisiaque (comme l’ORIGAN, le GINSENG...)

=> Elle est réchauffante, utile chez les personnes sensibles au froid ; associer au SERPOLET pour la prévention des « coups-de-froid » hivernaux, et à l’AIL lorsque la personne se sent « frigorifiée » avec objectivement des extrémités froides (vasoconstriction au froid).

=> Elle est indiquée pour ses qualités anti-infectieuses

. dans les infections rhino-pharyngées, les rhino-sinusites, et les trachéobronchites et la grippe (comme le THYM ou l’HYSOPE qu’elle peut fort bien remplacer)

. dans les infections urinaires basses : cystites à Colibacilles (puisqu’elle est antibactérienne sur l’E. Coli)

. dans les infections intestinales : gastro-entérites, diarrhées où elle cumule des propriétés antibactériennes sur les entérobactéries (y compris les salmonelloses), anti-diarrhéiques, et antispasmodiques

. dans les vaginites à candida albicans (associer avec la LAVANDE)

. dans certaines viroses, comme le HIV 1 (virus de l’immunodéficience humaine, agent du SIDA) pour S. montana, et l’herpes (HVS1) pour S. thymbra.

=> La Sarriette est digestive, elle améliore la digestion des plats lourds : viandes, charcuteries, choucroute, et tout particulièrement les féculents en évitant les flatulences excessives. Elle possède aussi une action anti-ulcéreuse gastrique, et anti-inflammatoire sur la muqueuse intestinale (et pour S. khuzestanica sur les colites ulcéreuses).

=> Elle peut atténuer diverses douleurs névritiques ou rhumatismales, du fait de propriétés antalgiques et anti-inflammatoires.

=> Elle est anti-agrégante plaquettaire, et peut prévenir le risque thrombotique sur le système cardio-vasculaire.

=> Plusieurs espèces de Sarriettes ont montré une action antitumorale sur plusieurs lignées cellulaires. La Sarriette, comme le Thym, peut être prise en traitement complémentaire en cas de cancer, avec la radio-chimiothérapie prescrite ou le traitement anti-hormonal. La Sarriette, comme la plupart des labiées riches en carvacrol, et en acides-phénols, possède une action préventive de la tumorogénèse que l’on peut mettre largement à profit dans l’alimentation (de même que d’autres « alicaments » recommandés en ce sens comme le CURCUMA ou les brocolis...). Bien sûr, en cas d’échappement thérapeutique, ou de situation palliative, la Sarriette, comme le Thym, retrouve toute son indication autant du fait du processus tumoral en cours que pour bénéficier d’une action tonique et anti-asthéniante.

 USAGE CULINAIRE

La Sarriette, qu’elle soit sauvage, cueillie dans les montagnes de l’arrière-pays, ou cultivée dans les jardins, a toujours été très utilisée en cuisine méditerranéenne. Très appréciée pour ses qualités aromatiques, elle parfume les viandes, les charcuteries, les poissons, les légumes, tout comme le Thym, le Serpolet, la Marjolaine ou l’Estragon... Elle aide tout spécialement à la digestion des féculents (pois, fèves, et haricots) en évitant les flatulences. Elle peut aussi aider à digérer la choucroute, avec les baies de Genièvre. En Provence, elle aromatise les fromages de chèvre. On peut en mettre dans les conserves.
Au Moyen-Orient, avec le Thym, elle rentre dans la confection du« Zaatar, » un mélange de plantes condimentaires d’un usage aussi répandu au Liban et en Syrie que les Herbes de Provence en France.

 RECOLTE

Les parties aériennes de la plante sont récoltées en début d’été au moment de la floraison ; séchées sur des claies dans un lieu aéré à l’abri du soleil ; puis ensachées, ou mises en bocaux à l’abri de la lumière.

 EMPLOI MEDICINAL et POSOLOGIE

- en INFUSION : de parties aériennes (inflorescences et feuilles) 20 à 30 g/litre, ou 5 g (2 cuillères-à-café) par tasse de 150 ml dans les indications courantes (fatigue, convalescence, virose ORL, trachéo-bronchite, troubles digestifs avec flatulences, gastro-entérite...)

- en DECOCTION : à 3% (soit 30 g/litre), 2 cuillères-à-soupe par demi-litre ou 2 cuillères à café par tasse de 150 ml, et jusqu’à 5% (50 g/litre) en gargarisme dans les pharyngites.

- en TEINTURE-MERE de Sarriette des montagnes : SATUREJA MONTANA TM : posologie recommandée 15 à 20 gouttes x 3 fois par jour, que l’on peut augmenter à 50 gouttes x 2 à 3 fois par jour en traitement d’attaque

- en HUILE ESSENTIELLE (HE) de SARRIETTE des Montagnes ou des Jardins :
. par voie interne : 1 à 4 gouttes par jour, au maximum 2 gouttes par prises x 3 fois par jour dans les indications aigue infectieuses de la plante (trachéo-bronchite, infection intestinale, diarrhées, infection urinaire basse (cystite) pendant 10 à 15 jours, voire 3 semaines.
à délayer dans une cuillère-à-café d’huile d’olive ou d’huile de sésame, dans du miel, ou un corps gras comme du fromage blanc.
En cas d’asthénie plus sévère, dépression, traitement adjuvant d’un cancer : 2 gouttes matin et soir pendant plusieurs mois. Posologie maximale recommandée : 6 gouttes par jour. Il vaut mieux se procurer des flacons d’HE où le chémotype est indiqué. En cas de chémotype à Carvacrol, il faut savoir que ce phénol peut devenir hépatotoxique, le suivi biologique des constantes hépatiques doit être réalisé (transaminases ALAT et ASAT, Gamma-GT, Phosphatases alcalines, et Taux de Prothrombine).
Contrindications d’une HE de Sarriette riche en Carvacrol :
. la femme enceinte
. l’enfant de moins de 12 ans
. l’existence d’une hépatite ou d’altération des constantes biologiques hépatiques.
. les patients traités par anti-coagulants (risque de potentialisation)

- en massages externes avec l’HE : indiqués dans les névralgies et les rhumatismes. Attention : ne pas appliquer l’HE de Sarriette pure sur la peau, car elle est dermo-caustique. Il convient de la diluer au 1/1O° dans une huile végétale (de macadamia, jojoba, argan... ou même tout simplement de sésame)

 PHARMACOPEE FRANCAISE

pour la Sarriette des montagnes et la Sarriette des jardins :
Liste A (ansm Janvier 2017)

 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 1) Bibliographie générale

Henri LECLERC « Traité de Phytothérapie » p. 39
Paul-Victor FOURNIER Dictionnaire des Plantes Médicinales et vénéneuses de France 1947, ré-éd. 2010, p. 863-865
Jan VOLAK, Jiri STODOLA « Plantes Médicinales » p. 272
Dagmar LANSKA « Plantes sauvages comestibles », p. 180-181
Gigliola MAGRINI « Les Plantes de la santé » p. 78-79
Gérard DEBUIGNE, François COUPLAN « Petit Larousse des Plantes Médicinales » p. 176-177
Michel FAUCON « Traité d’Aromathérapie scientifique et médicale » 2° éd. 2015, p. 701-704
Gottfried HERTZKA « La petite pharmacie domestique de Hildegarde de Bingen » § 150 p. 193
Dr Wighard STREHLOW, Marthe MENSAH « L’art de guérir par l’alimentation selon Hildegarde de Bingen »
Ernest SMALL, Grace DEUTSCH « Herbes culinaires pour nos jardins de pays froids » p. 165-169

 2) Ouvrages anciens

Pierandrea MATTHIOLI « Commentaires de M. Pierre André MATTHIOLE médecin senois, sur les six livres de Ped. DIOSCORIDE Anazarbéen, de la Matière Médicinale », Lyon, 1579, chap XXXVIII, p. 431
Nicolas LEMERY « Dictionnaire universel des Drogues Simples » Paris, 1760, p. 678-679
François-Joseph CAZIN « Traité pratique et raisonné des Plantes Médicinales indigènes » Paris 1868, 3°éd. p. 954

 3) Articles scientifiques

(classés en ordre chronologique des plus anciens aux plus récents)
En langue anglaise internationale :
la Sarriette des montagnes (S. montana) est nommée « Winter Savory »,
et la Sarriette des jardins (S. hortensis) « Summer Savory »

YAMASAKI K, NAKANO M, KAWAHATA T, MORI H, OTAKE T, UEBA N, OISHI I, INAMI R, YAMANE M, NAKAMURA M, MURATA H, NAKANISHI T. « Anti-HIV-1 activity of Herbs in Labiatae » Biol. Pharm. Bull. 1998 Aug ; 21(8) : 829-33 (Osaka Prefectoral Institute of Public Health & Osaka University of Pharmaceutical Sciences, Osaka, Japan)

GHANNADI A. « Composition of the essential oil of Satureja hortensis L. seeds from Iran » J. Essential Oil Res. 2002 ; 14(1):35-6 (Isfahan University of Medical Sciences, Isfahan, Iran)

HAJHASHEMI V, GHANADI A, PEZESHKIAN SK. « Antinociceptive and anti-inflammatory effects of Satureja hortensis L. extracts and essential oil » J. Ethnopharmacol. 2002 Oct ; 82(2-3) : 83-7 (Isfahan University of Medical Sciences, Isfahan, Iran)

RADONIC A, MILOS M. « Chemical composition and in vitro evaluation of antioxidant effect of free volatile compounds from Satureja montana L. » Free Radical Res. 2003 Jun ; 37(6) : 673-79 (University of Split, Croatia)

SAHIN F, KARAMAN I, GÜLLÜCE M, OGÜTCÜ H, SENGÜL M, ADIGÜZEL A, OZTÜRK S, KOTAN R. « Evaluation of antimicrobial activities of Satureja hortensis L. » J. Ethnopharmacol. 2003 Jul ; 87(1) : 61-5 (Atatürk University, Erzurum, Turkey)

GÜLLÜCE M, SÖKMEN M, DAFERERA D, AGAR G, OZKAN H, KARTAL N, POLISSIOU M, SÖKMEN A, SAHIN F. « In vitro antibacterial, antifungal, and antioxidant activities of the essential oil and methanol extracts of herbal parts and callus cultures of Satureja hortensis L. » J. Agric. Food Chem. 2003 Jul ; 51(14):3958-65 (Ataturk University, Erzurum, Turkey)

USLU C, MURAT KARASEN R, SAHIN F, TAYSI S, AKSAY F. « Effects of aqueous extracts of Satureja hortensis L. on rhinosinusitis treatment in rabbit » J. Ethnopharmacol. 2003 ; 88 : 225-28 (Ataturk University, Erzurum, Turkey)

SKOCIBUSIC M, BEZIC N. « Chemical composition and antidiarrhoeal activities on Winter Savory (Satureja montana L.) essential oil » J. Pharm. Biol. 2003 ; 41(8) : 622-26 (University of Split, Croatia)

SKOCIBUSIC M, BEZIC N. « Phytochemical analysis and in vitro antimicrobial activity of two Satureja species essential oils » Phytother. Res. 2004 Dec ; 18(12) : 967-70 (University of Split, Croatia)

BEZBRADI CA.DI, TOMOVIC JM, VUKASINOVIC MS, SILER-MARINKOVIC S, RISTIC MM. « Composistion and antimicrobial activity of essential oil of satureja montana L. collected in Serbia and Montenegro » J. Essential Oil Res. 2005 ; 17(4) : 462-65 (Faculty of Technology and Metallurgy, Belgrade, Serbia-Montenegro)

OUSSALAH M, CAILLET S, LACROIX M. « Mechanism of action of Spanish oregano, Chinese Cinnamon, and Savory essential oils against cell membranes and walls of Escherichia coli 0157:H7 and Listeria monocytogenes » J. Food Protect 2006 May ; 69(5) : 1046-55 (Université du Quebec, Canada)

LAMPRONTI I, SAAB AM, GAMBARI R. « Antiproliferative activity of essential oils derived from plants belonging to the Magnoliophyta division » Int. J. Oncol. 2006 Oct ; 29(4) : 989-95 (University of Ferrara, Italy)

CETKOVIC GS, MANDIC AI, CANADANOVIC-BRUNET JM, DJILAS SM, TUMBAS VS. « HPLC screening of phenolic compounds in Winter Savory (Satureja montana L.) extracts » J. Liquid Chrom. Rel. Technol. 2007 ; 30(2) : 293-306 (Faculty of Technology, Novisad, Serbia-Montenegro)

FRATERNALE D, GIAMPERI L, BUCCHINI A, RICCI D, EPIFANO F, GENOVESE S, CURINI M. « Chemical composition and antifungal activity of the essential oil of Satureja montana from central Italy » Chem. Nat. Compounds 2007 Sep ; 43(5) : 622-24 (Universita degli Studi di Urbino, Italy)

YASDANPARAST R, SHAHRIYARY L.« Comparative effects of Artemisia dracunculus, Satureja hortensis and Origanum majorana on inhibition of blood platelet adhesion, aggregation and secretion » Vasc. Pharmacol. 2008 Jan ; 48(1) : 32-7 (University of Tehran, Iran)

CARRAMINANA JJ, ROTA C, BURILLO J, HERRERA A.« Antibacterial efficiency of Spanish Satureja montana essential oil against Listeria monocytogenes among natural flora in minced pork » J. Food Prot. 2008 Mar ; 71(3) : 502-08 (University of Zaragosa, Spain)

GROSSO C, FIGUEIREDO AC, BURILLO J, MAINAR AM, URIETA JS, BARROSA JG, COELHO JA, PALAVRA AM. « Enrichement of the thymoquinone content in volatile oil from Satureja montana using supercritical fluid extraction » J. Sep. Sci. 2009 Jan ; 32(2) : 328-34 (Departemento de Engenharia Quimica e Biologica, Lisboa, Portugal)

SILVA FV, MARTINS A, SALTA J, NENG NR, NOGUEIRA JM, MIRA D, GASPAR N, JUSTINO J, GROSSO C, URIETA JS, PALAVRA AM, RAUTER AP. « Phytochemical profile and anticholinesterase and antimicrobial activities of supercritical versus conventional extracts of Satureja montana » J. Agric. Food Chem. 2009 Dec ; 57(24) : 11557-63 (Faculdade de Ciências da Universidade de Lisboa, Portugal)

ARUNASREE KM. « Antiproliferative effects of Carvacrol on a human metastatic breast cancer cell line, MDA-MB231 » Phytomedicine 2010 Jul ; 17(8-9) : 581-88 (University of Hyderabad, India)

DUNKIC V, BEZIC N, VUKO E, CUKROV D. « Antiphytoviral activity of Satureja montana L. ssp variegata (Host) P.W. Ball Essential Oil and phenol compounds on CMV and TMV » Molecules 2010 Sep ; 15(10) : 6713-21 (University of Split, Croatia)

RASTEGARPANAH M, OMIDZOHOUR N, VAHEDI H, MALEKZADEH R, HASHEMIAN F, SAFARNAVADEH T, ABDOLLAHI M. « Management of human ulcerative colitis by Saturex TM : a randomized controlled trial » Int. J. Pharmacol. 2011 ; 7(4) : 516-21

DE OLIVEIRA TL, DE ARAUJO SOARES R, RAMOS EM, DAS GRACAS CARDOSO M, ALVES E, PICCOLI RH. « Antimicrobial activity of Satureja montana L. essential oil against Clostridium perfringens type A inoculated in mortadella-type saussages formulated with different levels of sodium nitrite » Int. J. Food Microbiol. 2011 ; 144(3) : 546-55 (Federal University of Lavras, Brazil)

IBRALIU A, MI X, ELEZI F. « Variation in essential oil to study the biodiversity in Satureja montana L. » J. Med. Plants Res. 2011 Jul ; 5(14) : 2978-89 (Agricultural University of Tirana, Albania)

SERRANO C, MATOS O, TEIXEIRA B, RAMOS C, NENG N, NOGUEIRA J, NUNES ML, MARQUES A. « Antioxidant and antimicrobial activity of Satureja montana L. extracts » J. Sci. Food Agric. 2011 Jul ; 91(9) 1554-60 (Research Unit of Food Technology, INRB, Nova Oeiras, Portugal)

MIHAJILOV-KRSTEV T, KITIC D, RADNOVIC D, RISTIC M, MIHAJLOVIC-UKROPINA M, ZLATKOVIC B. « Chemical composition and antimicrobial activity of Satureja kitaibelii essential oil against pathogenic microbial strains » Nat. Prod. Commun. 2011 Aug ; 6(8) : 1167-72 (Dpt of Biology and Ecology, University of Nis, Serbia)

KUNDAKOVIC T, MILENKOVIC M, ZLATKOVIC S, KOVACEVIC N, GORAN N. « Composition of satureja kitaibelii essential oil and its antimicrobial activity » Nat. Prod. Commun. 2011 Sep ; 6(9) : 1353-56 (University of Belgrade, Serbia)

YIN QH, YAN FX, ZU XY, WU YH, WU XP, LIAO MC, DENG SW, YIN LI, ZHUANG YZ. « Antiproliferative and pro-apoptotic effect of Carvacrol on human hepatocellular carcinoma cell line HepG-2 » Cytotechnology 2012 Jan ; 64(1) : 43-51 (University of South China, Hengyang, China)

GIWELI A, DZAMIC AM, SOKOVIC M, RISTIC MS, MARIN PD. « Antimicrobial and antioxidant activities of essential oils of Satureja thymbra growing wild in Lybia » Molecules 2012 Apr ; 17(5) : 4838-50 (University of Belgrade, Serbia)

SAAB AM, LAMPRONTI T, FINOTTI A, BORGATTI M, GAMPARI R, ESSEILY F, SAFI S, DIAB-ASSAF M, RABENAU H, CINATL J, DOERR HW.« In vitro evaluation of the biological activity of Lebanese medicinal plants extracts against herpes simplex virus type 1 » Minerva Biotecnol. 2012 Sep ; 24(3) : 117-21 (Lebanese University, Lebanon & University of Ferrara, Italy)

ÖZTÜRK M. « Anticholinesterase and antioxidant activities of Savoury (Satureja thymbra L.) with identified major terpenes of the essential oil » Food Chem. 2012 Sep ; 134(1) : 48-54 (Mugla Üniversitesi, Turkey)

CAVAR ZELJKOVIC S, EDITA SOLIC M, MAKSIMOVIC M.« Chemical composition and antioxidant activity of two Satureja species from Mt Biokovo » Botanica Serbica 2013 ; 37(2) : 159-65 (Universities of Sarajevo, Bosnia-Herzegovina & Palacky University, Czech Republic & Institute « Mountain and Sea », Makarska, Croatia)

MILADI H, BEN SLAMA R, MILI D, ZOUARI S, BAKHROUF A, AMMAR E. « Chemical composition and cytotoxic and antioxidant activities of Satureja montana L. essential oil and its antibacterial potential against Salmonella spp. strains » J. Chemistry 2013 ; (Vol 2013) : Art ID 275698, 9p. (Faculty of Pharmacy, Tunisia City Avicenne, Monastir, Tunisia)

MASUDA H, MORI N, MATSUI Y, TSUKIYAMA K, NISHIMURA O, TAKEUCHI S, TERADA Y, WATANABE T, NADAMOTO T. « Effects of Carvacrol and volatile fraction on Winter Savory (Satureja montana L.) on body temperature in humans who experience cold sensibility » Food Sci. Technol. Res. 2013 ; 19(6) : 1085-92 (Laboratory of Health Materials, Ogawa & cie ; & Universities of Shiga & Shizdoka, Japan)

YESILOGLU Y, SIT L, KILIC I. « In vitro antioxidant activity and total phenolic content of various extracts of Satureja hortensis L. collected from Turkey » Asian J. Chem. 2013 ; 25(15) : 8311-16 (Trakya University, Edirne, Turkey)

KUNDAKOVIC T, STANOJKOVIC T, KOLUNDZIJA B, MARKOVIC S, SUKILOVIC B, MILENKOVIC M, LAKUSIC B. « Cytotoxicity and antimicrobial activity of the essential oil from Satureja montana subsp. pisidica (Lamiaceae) » Nat. Prod. Commmun. 2014 Apr. 9(4) : 569-72 (University of Belgrade, Serbia)

DORDEVIC A, PALIC I, STOJANOVIC G, RISTIC N, PALIC R. « Chemical profile of Satureja kitaibelii Wierzb. ex Heuff. Essential Oils : composition of Satureja kitaibelii Essential Oils » Int. J. Food Properties 2014 ; 17(10) : 2157-65 (Universities of Nis & Pristina, Serbia)

TRIFAN A, APROTOSOAIE AC, BREBU M, CIOANCA O, GILLE E, HANCIANU M, MIRON A. « Chemical composition and antioxidant activity of essential oil from Romanian Satureja montana L. » Farmacia 2015 ; 63(3) : 413-16 (University of Medicine and Pharma, Iasi, Romania)

KREMER D, KOSIR IJ, KONCIC MZ, CERENAK A, POTOCNIK T, SRECEC S, RANDIC M, KOSALEC I. « Antimicrobial and antioxidant properties of Satureja montana L. and S. subspicata Vis. (Lamiaceae) » Curr. Drug Targets 2015 ; 16(14) : 1623-33 (University of Zagreb, Croatia)

TEPE B, CILKIZ M. « A pharmacological and phytochemical overview of Satureja » Pharm. Biol. 2016 ; 54(3) : 375-412 (Universities of Kilis & Gaziantep, Turkey)

JAFARI F, GHAVIDEL F, ZARSHENAS MM. « A critical overview on the pharmacological and clinical aspects of popular Satureja species » J. Acupunct. Meridian Stud. 2016 Jun ; 9(3) : 118-27 (Shiraz University of Medical of Medical Sciences, Shiraz, Iran)

NEMATI Z, TALEBI E, KHOSRAVINEZHAD M, GOLKARI H. « Chemical composition and antioxidant activity of Iranian Satureja montana » Sci. Intern. 2018 ; 6(1) : 39-43 (Islamic Azad University, Darab, Fars, Iran)

JUNG CY, KIM SY, LEE C. « Carvacrol targets AXL to inhibit cell proliferation and migration in non-small cell lung cancer cells » Anticancer Res. 2018 Jan ; 38(1) : 279-86 (Catholic University of Daegu & Dongguk University , Gyeongiu & Yeungnam University, Daegu, Republic of Korea)

 WEBOGRAPHIE

http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-75343-synthese (S. montana)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sarriette
http://www.wikiphyto.org/wiki/Sarriette_des_montagnes
http://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/sarriette.htm
https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/HuilesEssentielles/Fiche.aspx?doc=huile-essentielle-sarriette
http://www.naturemania.com/bioproduits/sarriette.html
http://phrygana.eu/Flora/Lamiaceae/Satureja-thymbra/Satureja-thymbra.html
https://www.epeautre.net/Files/26380/121073905119522.pdf (Sarriette / Hildegarde de Bingen)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 235 / 19218

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site MONOGRAPHIES   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License